On aime ou on n'aime pas ...


Et oui : combien sont ceux qui, sur un coup de tête, prennent la décision de s'acheter une moto, sans prendre du tout le temps de considérer sérieusement la chose, sans en peser le pour et le contre, sans déterminer au départ l'usage qu'ils comptent en faire ...


Perso, je savais que je faisais le pas, sans trop savoir jusqu'où il allait me mener j'avoue,  U-N-I-Q-U-E-M-E-N-T pour le plaisir .  Pas question d'aller au boulot en moto (4,1 km entre le domicile et le lieu de travail), pas question d'aller en clientèle en moto (où ranger les classeurs et la tenue de rechange ?), juste le plaisir de la balade et du voyage ... 

Je dis "voyage" mais à la base je me voyais juste faire quelques escapades dominicales, surtout le dimanche faut-il le préciser ?  ^^ 

 

Il en fut ainsi entre avril 2000, date d'achat de ma SUZUKI Freewind  (un gros monocylindre, économique et rigolo pour +/- 4.000 € et 3.500 km au compteur) et début juillet de la même année, date à laquelle j'ai rencontré un autre possesseur de Freewind, Henri alias Obélix, qui roulait avec d'autres motards et qui sillonnait les routes de France, de Navarre et plus encore ...


A partir de là, j'ai commencé à voyager avec eux : cela fait maintenant + de 15 ans que ça dure (et pourvu que ça dure encore et encore) et, alors que ma TRIUMPH Tiger 800 aura 4 ans et 9 mois (au 31/12/2015) , j'en suis au total à +/- 170.000 km (50 avec la Freewind (2000-2004), 70 avec la SUZUKI V-Strom DL 650 (2004-2011) et presque 50 avec la Tiger) soit un peu plus de 11.000 km par an. 

 

Je ne bats aucun record, il n'a d'ailleurs jamais été dans mes intentions d'entrer dans le Guinness Book, le GB quoi, mais cette moyenne est largement au dessus de la moyenne nationale qui tourne autour de 5.000 km : considérant que dans mon cas il ne s'agit que de kilomètres "inutiles" cela quadruple le plaisir, n'est-il pas ?  Et ne la ramenez pas avec mon "empreinte écologique" car il n'y a aucune logique là-dedans : elle est proprement à bannir, même si j'adoooooore notre planète (et les sushis aussi) et que j'espère qu'elle me survivra très très très longtemps ;-))