Préambule °°°°°°°(s)

Ici viendront les textes, infos, humeurs, divers qui n'entrent pas dans les autres cases, ou qui débordent des cases, ou auxquels il manque une case ...  car il n'est pas évident de créer des rubriques pour chaque chose !!


Ne pas tomber dans les panneaux !!

Si un jour vous croisez un "caisseux" qui roule comme ça

c'est qu'il a plus ...

... ou moins ...

... 10% d'alcool dans le sang !

Il faut l'intercepter et lui conseiller ...

... de se mettre à l'eau !!


Il y a des panneaux qu'on aime ...

Des virolos ...

... à gogoche et à droidroite !!

Celui là est synonyme de "Jamais demi-tour", une de nos devises ;-)

Et il y a des panneaux qui ne devraient pas exister !

Et celui-là qui devrait être partout !!


La vie c'est du cinéma !

Note du blog du18/09/2013 

 

À l'heure où (presque) tout le monde rêve de se mettre en scène, ou d'être la star d'un jour ... ou deux, en dirigeant sa webcam sur sa petite personne pour se filmer en train de dire ou de faire n'importe quoi, on vit d'ailleurs dans l'ère du grand n'importe quoi , vous l'avez sûrement remarqué, car rien ne vous échappe, n'est-ce pas, je ne résiste pas à vous communiquer un lien vers une vidéo qui VAUT le détour, une vidéo réalisée par François, lors de notre périple en Sardaigne l'an dernier (2012).

 

Il vient de la mettre en ligne . C'est que ça demande beaucoup de temps et de patience si on veut bien faire les choses et c'est ce qu'a fait François.

En plus d'un casting d'enfer, il n'y a qu'a voir l'acteur qui apparaît dès la première image, le fameux petit homme qui cruise et qui a fait un triomphe dans un "blog buster" qui s'intitulait "Top Case" je crois, il y a tout un travail de mise en scène, de découpe et de montage, de sous-titrage pour ... éviter les malentendus, travail de bénédictin qui force l'admiration.


Mais trêve de balivernes et autres billevesées, voici la
vidéo : 15 minutes de bonheur parce qu'elles vont à l'essentiel !



Journée sur circuit (Mettet) avec Fédémot en 2015

J'espère juste que le récit qui suit donnera envie à certains de s'y essayer.  Le circuit est le seul endroit sûr pour ... aller au rupteur !!  On y est bien plus en sécurité que sur route ouverte "au tout venant" !

 

Journée FEDEMOT à Mettet !!

 

Une sortie peut en cacher une autre, c'est comme avec les trains de la SNCF !!
Voici d'entrée DE JEU,
les photos de cette autre journée mémorable, à marquer de quelques cônes oranges ;-))

 

Longue et épuisante journée s'il en fut !


Sur pied à 5 heures du mat', histoire d'être prêt pour déposer ma Douce à Gerpinnes pour qu'elle prenne l'autocar pour Paris avec une copine. Parti sous une bruine légère, "j'essuie" une bonne drache au retour, de quoi me dégoûter d'avoir réservé cette journée sur circuit ...
Je termine le petit-déjeuner et me prépare en épiant le ciel ...


Tiens, savez vous que les pies épient et pillent ??

Mon fils en a vu une s'envoler avec une souris encore vivante que notre Bally avait négligée au milieu de la pelouse !! C'est un peu comme cette vidéo qui circule pour le moment où on voit un type se faire subtiliser par un goéland le poisson qu'il s'apprêtait à manger, à son nez et à sa barbe ...
Je suis parti en croisant les doigts et en espérant que les météorologues avaient dit vrai en prétendant que le temps irait en s'améliorant ...


Je suis arrivé au circuit vers 7h35 et il y avait déjà des motos partout ! Beaucoup plus de machines au look sportif plutôt qu'équipées, comme la mienne, de top-case, pare-mains et béquille centrale ;-)
Certains faisaient la file au contrôle technique, d'autres au sonomètre, d'autres encore s'agglutinaient sous les tonnelles, qui pour compléter les "Formulaires de décharge", qui pour obtenir leur numéro et/ou le transpondeur ...


Tout ce bruit, tous ces vroum vroum, tout ce monde, toutes ces motos flashy ou pas : j'avoue que pendant une fraction de seconde ou deux, je me suis vraiment demandé ce que je foutais là, au point qu'un semblant d'ombre de panique s'apprêtait à s'emparer de mon petit corps transi qui ne demandait qu'à retourner sous la couette, tranquille !!


J'ai fait un petit briefing interne avec tous mes organes valides, j'ai pris sur moi et je me suis dirigé vers un tableau sur lequel figuraient les noms de tous les inscrits ainsi que les groupes dans lesquels ils avaient été classés. Bonne surprise déjà, dans la mesure où je me trouvais dans les "jaunes". J'avais cru en m'inscrivant que je "tomberais" à nouveau avec les "premières expériences", les verts, mais il faut croire que mon 1'34.483 sec de l'an dernier m'autorisait à rejoindre le 2ème groupe. Au-dessus, il y a bien évidemment toujours les bleus et les inaccessibles rouges !


J'ai opté pour une assurance conducteur (supplément de 17€) qui prévoit des indemnités raisonnables en cas d'invalidité ou ... pire, voyez ! De quoi soulager quelque peu la douleur de la future "infirmière-bénévole" ou ... pire, la veuve !!


Sympa le n°66 que j'ai tiré, non ? Il parle à tous les motards, même à ceux de ce côté-ci de l'Atlantique ;-)


Une fois toutes les formalités accomplies et le transpondeur fixé à l'aide de deux circlips gracieusement fournis, il ne restait plus qu'à attendre 8h50 (pour les jaunes, chaque groupe ayant reçu son planning de la journée) pour le "BRIEFING SECURITE", passage obligé sans lequel l'accès à la piste est interdit. A la sortie de la réunion on reçoit d'ailleurs un "biker pass" à coller sur le côté gauche du casque qui confirme qu'on y a bien participé.


1er run prévu à 9h40, de quoi lier connaissance avec l'un ou l'autre, par exemple les n° 6 et 45, le premier sur une GS 800 duquel j'ai appris que c'était sa première expérience sur circuit mais qu'il avait par contre participé à 2 stages "trail" avec Eric BRUN, stages d'où il était sorti enchanté ...


Le 45, lui, roulait sur une splendide BMW (si si, il y en a de belles !), une BMW 1100 S (tricolore bleu, blanc, rouge, "boxer cup replica") avec les 2 pots sous la selle, un mono-bras qui dégage une très belle jante arrière aux couleurs "flammées", franchement une belle machine !!

Au cours de la journée j'apprendrai qu'il a essayé une S1000RR sur le circuit de Zolder (j'ai un doute sur le circuit ?), qu'il a aussi eu la chance de faire quelques tours "à cul" de Xavier SIMEON, une expérience de dingue m'a-t-il dit !!!! Il m'a aussi avoué qu'en s'inscrivant, n'ayant aucune idée du chrono qu'il pourrait réaliser, il avait tapé "1.30 sec". Le n°6 avait probablement fait de même sinon, s'agissant de sa 1ère expérience, il aurait dû se trouver en "classe verte" ;-))


9h38 : on se prépare au 1er run !

Gregory, le moniteur qui s'occupera des jaunes toute la journée, nous annonce qu'on va faire 2 tours "cool" derrière lui, en file indienne, sans dépassements, histoire de faire monter les pneus en température et surtout de s'imprégner des bonnes trajectoires. Comme on n'était pas loin d'une 40aine dans le groupe et que je n'étais pas prêt le premier (comme d'hab !), inutile de dire que je n'ai pas pu profiter du sillage du moniteur et qu'au contraire, je me suis traîné lamentablement comme un wagon de queue. Entre charentaises, petite remarque pertinente, le wagon de queue roule aussi vite que la loco normalement mais ... là, non !!


1er tour chronométré en 2'01.406. La moto devant moi étant FRANCHEMENT trop lente à la détente, je l'ai dépassée en faisant un signe amical pour m'en excuser ^^ 2ème tour en 1'41.618 pour recoller aux autres et me mettre un peu plus dans le rythme. Dernier tour du 1er run en 1'37.035, ce qui me rapproche tout doucement de mon meilleur temps de l'an dernier !


Premières impressions plutôt mitigées ... C'est un peu la foire d'empoigne car même si presque tout le monde respecte les consignes de sécurité, il est des moments où on se retrouve en paquet à l'entrée d'un virage au point qu'on ne sait plus où se mettre : on changerait bien de trajectoire mais quid de celui qui est à l'affût, derrière !!


C'est notamment le cas au bout de la ligne droite où l'on plonge tous sur les freins et pas forcément au même moment, certains freinant bien moins tard que d'autres, et, de voir tous ses feux stop s'allumer, ça craint !! Le réflexe est de piler pareillement, trop tôt en général, histoire d'anticiper, voyez ? Finalement, ce ne serait pas plus mal d'occulter les feux stop même si, pour des "bleus" comme nous, c'est bien plus sécurisant d'être averti quand celui qui est devant met un coup de frein !


Debriefing :

Alors ? Vos premières impressions ?? Gregory essaye bien d'insister sur la transposition entre cette expérience sur circuit et le comportement sur route ouverte mais ... on n'y croit pas beaucoup. On a tous (ou presque) envie de voir son chrono, de sortir le genou, le coude, de prendre l'aspi dans la ligne droite et de franchir la ligne d'arrivée en vainqueur :-))) Certains s'en cachent et essaient de faire croire qu'ils sont juste là pour améliorer leur position sur la moto, pour mieux connaître SES limites, alors que les limites c'est dans la tête comme chacun sait ...


11h00, deuxième run : même topo, deux tours "cool" avec le mono comme guide (toujours trop loin pour que je chope les bonnes trajectoires !). 1er tour en 1'41.521, 10ème et dernier tour du run en 1'32.463 soit 2.020 secondes de mieux que l'an dernier, waouwwwwww !!!

 

Je constate qu'il me faut plus de temps que d'autres pour "me chauffer" et que je me fais régulièrement déposer dans la ligne droite par quelques motos plus rapides.

Si je vais parfois un peu plus vite dans le sinueux, notamment dans le "corkscrew" que je négocie bien mieux que certains, car, oui, je suis négociant en tire-bouchons, je n'ai pas la puissance pour faire une vraie différence dans le rectiligne et me fais reprendre à chaque tour !

 

A quelqu'un qui se plaignait dans le debriefing de n'avoir qu'une 600 et qui demandait comment faire pour rester devant alors qu'il était manifestement plus vite dans les virages, un gars dans l'assistance a lâché : "T'as qu'à acheter une 1000 !!" Logique implacable et imparable qui a fait rire tout le monde.

 

Malgré une météo encore mitigée mi-raisin, ça commençait déjà à chauffer sous les casques et les cuirs ...

Avant le run suivant, j'ai déambulé dans les stands et je me suis notamment arrêté à celui des gilets airbag de la marque Helite . J'ai plutôt longuement discuté avec le type et quand j'ai dit que j'avais un copain qui en avait gagné un lors d'un concours, il m'a dit que c'est lui qui allait remettre le lot samedi prochain à 17heures ...


Comme j'avais laissé entendre juste avant qu'il ne le porterait probablement pas, je crains que la "cérémonie" ne se passe pas trop bien ! Désolé Speed !!


Rappel à l'ordre : "les jaunes sont attendus pour le 3ème run !!"

Oufti, comme le temps passe vite. Et c'est vrai, en dehors comme SUR la piste, on ne voit pas le temps passer ..

Sans doute parce que, sur la piste, on va plus vite que lui, pffff


12h20 donc, troisième run : j'espère que je vais ENFIN avoir un tour CLAIR, sans toutes ces chicanes qui roulent plus vite que moi ;-))

 

Verdict du chrono avant de monter dans la salle pour le debriefing : 1'31.276.

Géniaaaaaal !! Près d'une seconde 2 de mieux encore !!!

Ouais, mais ... les autres améliorent aussi et quand on regarde le classement général, sur 142 motards chronométrés, toutes catégories confondues, je suis ... hum ... au delà des 100 premiers ...

Mais bon, on est là pour "transposer" du circuit vers la route et Lycée de Versailles, n'est-il pas ?

Les chronos, ça compte pas, n'est-il pas ??

Le but n'est pas d'aller vite mais d'aller bien, n'est-il pas ???

Assurément, assurément !! Et indépendamment de cette relative déception, le plaisir de rouler sur cette piste est tellement plus important qu'on en oublie le reste ...


Voilà, c'en est terminé pour la matinée.

Direction le buffet avec sa farandole de légumes et son trio de viandes. On découpe le bracelet qu'on avait mis autour de mon poignet à l'arrivée. On m'en rend un bout pour la boisson. Je m'installe au côté d'un inconnu qui était seul à table et je suis rejoins quelques minutes plus tard par mes deux "amis", n°6 et n°45 : BON APPETIT !!!!

 

 

Fedemot à Mettet ... (suite !)

 

Ouais, c'est Tacheny qui redémarre : pose tes deux pieds en canard ;-))


12:40 : debriefing
13:00 > 14:00 : BBQ - Silence !


Comme déjà dit, farandole de légumes et trio de viandes, arrosés d'une boisson sans alcool.

 

J'ai donc partagé la table avec les N°45 et N°6.

Alors qu'on se demandait si on allait nous changer de groupe, N°6, qui est un homme libre rassurez-vous, présuma que s'il était possible que certains montent dans la hiérarchie, il était peu probable que les organisateurs s'autorisent à en "dégrader" d'autres, car l'objectif avoué du jour n'était pas de taper des chronos mais de faire un parallèle entre le circuit et la route, histoire de mieux appréhender les trajectoires notamment et bla bla bla ...


Il est allé voir les tableaux et il est revenu la mine un peu déconfite en avouant, entre les dents, qu'il rejoignait les verts : son 1'39.346 n'était pas suffisant pour rester avec nous. Honnêtement j'avoue que j'aurais probablement réagi comme lui. En même temps, cette façon de faire permet de préserver une certaine homogénéité des groupes ...


Je me suis "penché" (oh, à peine à 30-35° !) sur les "trackdays" organisés sur le circuit et j'ai constaté que s'il y a bien 4 couleurs, il y a en fait 5 catégories, le groupe "débutant" (vert) comportant

-les premières expériences : pas besoin d'explication ...
-les "initiés" : qui ont déjà roulé sur circuit et dont le chrono à Mettet se situe au delà d'1'25
Donc, en "temps normal", je suis un "vert" aussi !
Notons qu'on trouve ensuite :
-les jaunes : chronos de 1'20 à 1'25
-les bleus : de 1'15 à 1'20
-les rouges : - d'1'15


L'équipement obligatoire n'inclut jamais la combi intégrale même si elle est (vivement) conseillée. Un "tout cuir" en 2 pièces zippées est toléré et une dorsale sérieuse est + que conseillée.
Voilà pour la théorie.


Ce jour-là étant un jour "exceptionnel", un "event" comme on dit en bon français, les normes étaient un peu plus laxistes, le nombre de participants (+ de 140) obligeant sans doute à élargir le spectre des chronomètres pour une répartition plus équilibrée.
Histoire de vous assommer avec des chiffres, j'ai relevé les chronos les + lents et les + rapides dans chacune des couleurs. Voici ce que ça donne :

-le vert le + lent : 2'13.889 (moyenne de 61,305 km/h) (très lent, le moins rapide qui le précède a fait 1'48.924 soit 25 seconde de moins !!)
-le vert le + rapide : 1'32.684

-le jaune le + lent : 1'33.088
-le jaune le + rapide : 1'26.088 (soit 7 secondes de moins tout pile !)

-le bleu le + lent : 1'28.192
-le bleu le + rapide : 1'17.517 (très très vite puisque le second bleu + rapide pointe en 1'19.304)

-le rouge le + lent : 1'20.460
-le rouge le + rapide : 1'09.577 (moyenne de 117,97 km/h)

14:40 : 4ème run.

Un peu avant de monter en piste, j'ai bu un café, histoire de me donner un petit coup de cravache et de ne pas m'endormir au guidon ;-))

 

Si je me souviens bien, je me suis retrouvé dans un peloton qui se suivait à la queue leu leu. Difficile dans ce cas de dépasser sans "forcer" le passage pour se remettre dans la bonne trajectoire.

En effet, on nous avait également demandé de ne pas se rabattre directement devant le pilote qu'on venait de dépasser sous peine de l'obliger à piler.

Inutile de dire que j'ai été victime à l'une ou l'autre occasion de ce genre de situation. Oh, je ne suis pas un ange, certes, mais j'ai autant que possible essayé de m'en tenir aux consignes !!

Meilleur temps dans le dernier tour accompli (comme à chaque run d'ailleurs !) : 1'32.482. Peut mieux faire !!


Retour dans les paddocks. Debriefing. "Premiers secours" : un gars de la Fedemot nous explique les bonnes réactions à avoir lorsqu'on est témoin d'un accident pour, notamment, éviter le "sur-accident" et les premiers gestes à poser à l'encontre de la victime. Intéressant même si le "sang froid" ne s'apprend pas, la panique pouvant au contraire gagner.
Cela dit, ça peut de toute façon aider car ces scènes s'inscrivent quelque part dans l'inconscient, de sorte qu'elles pourraient être reproduites le moment venu (?).


Scènes interrompues puisqu'on rappelle déjà les jaunes pour le 5ème run !


Premier tour bouclé à 16h06m14s433m en 1'41.606, dernier de la séance (mais 50ème depuis le début) en 1'32.255.


La fatigue commence à s'installer et il serait sot de croire qu'on va exploser les chronos dans le dernier run.

Il faut d'ailleurs bien se méfier de ce dernier run car on a tendance à jeter les dernières cartouches en voulant absolument terminer en feu d'artifice et c'est là que ... bardaf, c'est l'embardée !!

En Champagne, Pierre-Yves nous avait également mis en garde lors de la dernière session ...
Dernier debriefing car Gregory est appelé à d'autres tâches et doit quitter le circuit plus tôt.

 

Journée Fede montonton, matata et Mettet t'es !!

 

Bon, faut aller au bout, non ?
5 runs jusque là


3 le matin : de 9h40 à 10h00, de 11h00 à 11h20 et de 12h20 à 12h40 avec, vous l'aurez remarqué un break d'une heure entre chaque séance.
Pause "BBQ-Silence" de 13h00 à 14h00.
L'après-midi, 4ème run de 14h40 à 15h00, "premiers secours" et 5ème run de 16h00 à 16h20.


En ce qui concerne les jaunes, à part 2 ou 3 "tout droit" sans conséquence si ce n'est un petit détour par le bac à sable, rien à signaler.


J'ai tapé un oeil en diagonale sur TOUS les temps de TOUS les participants et j'ai relevé une quinzaine d'anomalies avec des tours en 2, 3 voire 4 minutes qui attestent d'autant d'escapades en tout terrain ^^.


Le timing du 6ème et dernier run est un peu particulier en ce sens qu'il est prévu à 17h18 pour une durée de 19 minutes sans qu'on sache pourquoi cet ostracisme soudain.

Sans doute est-ce pour permettre quelques petits tours prévus avant 18h00 pour la "parade familiale" au cours de laquelle on peut emmener un passager ...


Je prends donc le dernier départ avec un petit retard et je constate que mon pote "45" reste à quai.

J'apprendrai plus tard qu'il était sur la réserve et qu'il voulait éviter la panne sèche sur le circuit.

Entre charentaises, la mécanique ayant été bien plus sollicitée que sur route ouverte, j'ai constaté après coup que l'ordinateur de bord de la Tiger affichait une conso moyenne de 7,1 L qui tenait compte de mon aller/retour au circuit, à un train de sénateur.


On tournait depuis une dizaine de minutes environ lorsque les commissaires de piste ont commencé à agiter les drapeaux jaunes.

 

 

Fédé Motta Mettet ... suite et ... probablement ... fin !! C'est en tout cas à souhaiter !!

 

Ainsi donc les drapeaux jaunes s'agitèrent ...
Hein ? Quoi ?? Meuh, nan, je ne vais pas vous donner l'horoscope de demain !! Pourquoi vous dites ça ???

Et donc, nous étions dans le 8ème tour du dernier run, il était quelque chose comme 17h33m59s, par là, lorsque les commissaires levèrent et agitèrent les drapeaux jaunes.

Arrivé à la sortie du virage N°2, je vis une moto par terre dans les graviers et un gars, face contre terre et qui ne bougeait pas, flanqué d'un commissaire accouru à son secours.


Là, on prend une espèce de sorte de gifle, on se met très facilement à la place du gars en question et on se dit qu'on a bien de la chance d'être resté jusque là sur ses roues, car, rétrospectivement, on pense aux quelques frayeurs qu'on s'est payées lors des 5 runs précédents ...


Est-il utile de préciser que c'en était fini du dernier run ?

On a rejoint les paddocks et on a attendu que l'ambulance prenne en charge le malheureux et quitte le circuit toutes sirènes hurlantes ...


On n'en a pas su d'avantage.


J'ai rejoint le N°45 qui m'a confirmé qu'on n'en savait pas plus à ce stade.

Il m'a expliqué pourquoi il n'avait pas pris le départ du 6ème run.

Il m'a aussi dit que la TIGER faisait un très beau "bruit" dans la ligne droite.
Je prends cela pour argent comptant dans la mesure où c'est un connaisseur. J'en veux pour preuve qu'il a monté un double pot d'une excellente marque italienne (?) en remplacement de celle d'origine sur sa 1100 S, histoire de hausser le ton ;-)
Faut croire que le pot de la TIGER a besoin de cracher à 10.000 tr/min pour émettre autre chose qu'un feulement sifflotant ;-)


Si j'ai bien vu, mais je n'en suis pas sûr, le rupteur intervient en 3ème vers 155 km/h alors que j'ai réussi à accrocher 180 au compteur avant de soulager pour le "triple gauche" en bout de ligne droite.

Fallait bien pousser un max pour ne pas se faire trop larguer par plus puissant et espérer recoller voire dépasser dans le sinueux ^^


Au dernier briefing, j'avais demandé à Greg comment faisaient les bleus pour gagner jusqu'à 15 sec par rapport à nous en suspectant à voix haute qu'il y avait certainement quelque part un raccourci.

J'ai aussi demandé s'il pensait qu'on pouvait espérer gagner quelques précieuses secondes rien qu'en posant notre cul sur des R1 ou assimilées plutôt que sur nos TIGER ou autres GS, à expérience égale bien entendu.

Il m'a affirmé que NON, que c'était un "tout autre monde" et qu'il faudrait beaucoup de roulage avant d'en tirer réellement profit.

Il m'a dit que ces machines prenaient facilement 240 km/h dans la ligne droite et que la perception de la piste était tout autre ...


Comme pour confirmer, mon pote N°45 m'a dit qu'il a essayé une S1000RR à Zolder et qu'il n'en était pas encore revenu : avec la vitesse (jusque 270 si j'ai bonne mémoire) le champ de vision se rétrécit ... horriblement et il faut être à 120% dedans pour comprendre ce qui arrive :-))


Une fois la piste dégagée, la "parade familiale" a bien eu lieu : des duos se sont formés, pour l'occasion ou pas, et ont commencé à tourner.

Moi j'en avais terminé, je suis allé récupérer mon top-case et suis parti sans demander mon reste.

Je suis rentré à la maison en roulant plus cool que jamais, en respectant les panneaux de limitation de vitesse "à la lettre" et en me faisant dès lors doubler par tout le monde : une bande de fêlés sur route ouverte, je vous jure !!

En conclusion, et pour en finir, je dirai que, perso, j'adore tourner sur circuit.
Il n'y que là qu'on peut vraiment se lâcher et profiter de sa machine sans jamais atteindre ses limites.


Le problème, comme dit François, c'est que NOS limites sont bien souvent plus vite atteintes et que la tentation de trop en faire est grande.

Ce n'est pas sans danger c'est sûr et il peut aussi venir des autres qui confondent parfois vitesse et précipitation, en oubliant les consignes, en ne voyant pas les drapeaux, etc ...

Ils sont 5 ou 6 a y avoir laissé la vie depuis l'inauguration du circuit en 2010 !

Je termine tout de même par une bonne nouvelle. En lisant le livre d'or de la Mertens Riding School, j'ai vu le message suivant que je reproduis sans en changer une virgule, un accent et une faute d'orthographe :

Encore un grand merci a toute l équipe a refaire absolument avec grand plaisir
une fois mes blessures réparées j était le numéro 55 qui a chuter lourdement au dernier round
respectueusement
David

A noter encore une fois qu'il y avait un photographe sur la place, un certain Marc BOSSIROY sur le site duquel vous pouvez vous rendre pour me voir. Direction "Mertens School - Accès au service photos", Fedemot 25/05/2015, runs des JAUNES ...
Les photos sont barrées de filigranes pour qu'on ne les copie pas.

C'est de bonne guerre.

Cette année je vais faire l'impasse sur la clé USB, sur la trentaine de photos sur lesquelles j'apparais : ça me permettra d'économiser 65 € !!

 

 Le circuit !! Le cirque non !!!