19/04/2019 "Tournai ... Les Moulins"

Voici le lien vers l'album partagé sur Google.

Le moulin d'Ostiches
Le moulin d'Ostiches

J'ai répondu présent à l'invitation de Gull qui a proposé cette sortie à une dizaine d'entre nous ... dont Paul, Georges, John et Ringo !

Au final, on s'est retrouvé 3 garçons dans le vent sur la long and winding road !!

J'ai retrouvé Gull à la station Esso "en bas de chez nous", à Couillet, pile poil à 9h30 comme il l'avait demandé.

Henri, quant à lui, nous attendait à Binche, au WP 12 du road-book qui en comportait 169, pas un de moins.

En Belgique, tracer un road-book s'avère plus "exigeant" que pratiquement partout ailleurs, tant le territoire est petit.  Il nécessite beaucoup de way-points dès lors qu'on traverse des régions urbanisées : c'est le cas lorsqu'on se dirige latéralement, vers l'ouest comme vers l'est.  Il n'y a encore que le sud, les Ardennes, qui permettent de soulager le traceur de balade, avec de longs tronçons sinueux sans changement de cap ou de direction ...

Cité minière du "Bois du Luc"
Cité minière du "Bois du Luc"

Binche, Péronnes-lez-Binche, Saint-Vaast, Trivières et Houdeng-Aimeries où se trouve la Cité Minière du Bois-du-Luc, un site reconnu au patrimoine mondiale de l'Unesco depuis 2012.

Là, nous avons croisé un gars qui semblait fort intéressé par la TRIUMPH Speedmaster de Gull.

Et de demander la puissance, et de parler de l'Harley-Davidson 883, etc.  A noter que la version qu'étrenne Gull date de 2003.  Mais, la maison d'Hinckley, a sorti tout récemment une nouvelle Bonneville Speedmaster forte de 77 chevaux sortis du 1200 qui l'anime.  Splendide machine mais pas donnée au niveau tarif ...

On a continué sur l'autre Houdeng, Geognies cette fois, on est passé SOUS le Canal du Centre, puis Mignault, Ecaussines, Naast, Soignies, Lens, Herchies et Bauffe, comme le frère voyez ?

On a bu le premier en terrasse d'un restaurant, à côté d'un avaloir qui "dégageait" et ce n'est pas un hasard si on a parlé chambres de visite, trous d'hommes et fosse sceptique ... 

Une Hoegaarden blanche, une Westmalle Triple et un Tonic plus tard, nous sommes repartis à l'assaut des moulins, tels des Don Quichotte modernes !!!

Moulin de Moulbaix
Moulin de Moulbaix

Au détour de toutes petites routes semblant ne mener nulle part, on a d'abord atteint celui de Moulbaix (WP52), puis celui d'Ostiches (WP64), puis encore celui du Tordoir (WP72) et enfin le moulin du Cat Sauvage. (WP76)

 

J'avoue que j'ai été charmé par ces lieux et notamment celui du Tordoir où nous avons rencontré l'ex-meunière (le lieu n'est plus en activité) qui nous a autorisé l'accès et la prise de photos ...

 

On a poursuivi notre route jusqu'à atteindre Renaix (Ronse en flamand) où nous nous sommes arrêtés pour casser la croûte.

...

...

...

 


31/03/2019 "OMLL"

OMLL = "Offrez-moi la lune"

C'est un évènement caritatif organisé par l'ASBL du même nom.

Le papa d'une jeune femme atteinte de l'ataxie de Friedreich est motard.

Je l'ai connu lors d'un stage sur le circuit des Écuyers en Champagne.

Depuis lors, je me fais un devoir d'être présent lors de l'organisation de cette journée au profit de la recherche sur cette maladie.

Si pour quelque raison que ce soit je ne peux pas l'être, je verse la petite somme demandée en échange de quoi je reçois les road-books de la part de Cap Moto.

Voilà pour la longue intro et

voici pour l'itinéraire suivi (version longue 227 km).

Il y avait également une version courte (182 km) soit 45 km de moins et 25 way-points également !  La version longue prolongeait au WP 63 vers Wandre, Blégny, Aubel, Sippenaeken à l'extrême est puis retour par Fourrons-la-comtesse Fouron-le-Comte et Visé pour raccrocher le short !

*

Certains clubs appellent "Les retrouvailles", leur dernier rassemblement de l'année en clôture de saison.

Et bien, en fait, ici, en marge de l'évènement que constitue cette balade, il s'agit bel et bien de retrouvailles.  Après une longue période d'hibernation, on est content de revoir un tas d'amis, copains et autres connaissances qu'on avait "abandonnés" soit lors du dernier voyage en septembre soit lors du souper de fin de saison.

C'est ainsi que, sauf Jacques souvent aux abonnés absents, j'ai retrouvé Didier S., François C., Gull M. et Henri L., mes compagnons de route de toujours ou presque.  Mais il y avait aussi Paul G.O., Xavier C., Dominique C., Pascal V., Virginie et Didier sur leurs tracteurs, Philippe G., Olivier F., etc. etc., j'en oublie et non des moindres !

J'ai bien entendu eu droit aux félicitations de rigueur pour ma nouvelle acquisition avec, de temps en temps il est vrai, quelques réflexions du meilleur goût, par exemple concernant mes bottes re(c)haussées [voir ci-dessous ... :-)]

 

On n'avait pas fait 9 way-points qu'Henri se trompait de route.

Plus loin, du fait d'une 1ère déviation, on s'est un peu éparpillés.

Gull, qui était devant est parti droit dessus alors qu'un groupe qui était devant moi empruntait les indications du panneautage, groupe que j'ai suivi gentiment.

Au final, on s'est retrouvés Didier S. et moi, à rouler de concert.

Au W.P. 18, je m'arrête pour faire le point. Évidemment, je pensais qu'on était devant eux alors que Didier considérait qu'on était derrière !  Dans ces cas-là, j'ai pris l'habitude de ne pas contrarier notre Chef ;-)

Cliquez sur l'image !!
Cliquez sur l'image !!

There's something that drives me wild

I can't get enough,

No I can't get enough !!

L'heure tournait, les w.p. défilaient, les bistrots se remplissaient de motards et nous, on roulait !

Avant le W.P. 47, je m'arrête à nouveau. 

Ce n'est pas possible qu'ils soient devant !

J'appelle Paul et laisse un message sur sa boîte vocale.

A partir de là, mon GSM s'est mis à broyer du noir : plus d'image ni de son. 

(Entre charentaise, ceci explique le manque cruel d'images de l'évènement : ces appareils "multitâches" vous laissent bien démunis lorsqu'ils refusent obstinément de fonctionner !)

Didier a appelé Paul à son tour pour apprendre qu'ils s'étaient tous arrêtés au W.P. 42 à Esneux et qu'ils étaient attablés en terrasse !

Il fallait se dépêcher de les rejoindre car ils étaient sur le point de passer commande.

Didier a sorti sa carte géographique et nous a menés au lieu de rendez-vous.

*

Petite charentaise au passage : sauf erreur, moyennant la manipulation ad hoc, je pense que le Tripy II peut ramener le motard averti à un W.P. antérieur : c'est ainsi que, dans l'exemple précité, en affichant la note 42, il est censé vous y ramener.  Ok, je me pencherai sur le mode d'emploi à l'occasion !!  L'opération ne doit pas être aussi "simple" que l'ont laissé entendre certains à table ...

J'ai bien essayé la fonction "Recalcul à la note 42" mais cela n'a pas eu l'air de fonctionner, la flèche m'indiquant avec entêtement la direction opposée à celle prise par Didier !  Apparemment, il faut être SORTI du RB original d'au moins 1 kilomètre pour que le Tripy opère au recalcul ... (??)

*

Avant d'aller plus loin, je salue Alain qui était sur l'autre rive de l'Ourthe au moment où nous cherchions nos compagnons de route.  Il m'a fait signe de m'arrêter mais nous étions attendus de l'autre côté, de sorte que j'ai poursuivi ma route : qu'il m'en excuse ...

Et donc, ils étaient venus, ils étaient tous là, attablés au soleil à la terrasse du "Belle Vue".  On a ajouté une table et on a commandé alors que les autres avaient déjà bien entamé leur repas.

Repas terminé, ils sont partis sans nous attendre, sauf Paul qui s'est joint à nous pour la suite de la balade.

On est arrivés ensemble au point de ralliement à la périphérie de Liège, un point consacré à la "Journée du Motard"

Je vous laisse lire le copieux menu de cette journée à votre aise ...

 

Pour un peu, ma carrière de motard se terminait juste avant d'y arriver.

Une conductrice, dans une petite Peugeot grise, qui était probablement stationnée à contre-sens, a repris la route sans trop s'inquiéter de ce qui venait en face.  Je me suis justement retrouvé quasi en face et j'ai pilé tout en klaxonnant comme un forcené.  Elle a sans doute pensé que cet axe était à sens unique ... Il faut dire que la configuration des routes à cet endroit était effectivement un peu bizarre. 

Et donc, pour le même prix, à 1 ou 2 secondes près, je la percutais frontalement et terminais ma course dans son pare-brise ou dans les Cieux éternels, amen !

Vous imaginez : mourir le jour de la Journée du Motard ?

Notez, que ça l'aurait fait comme épitaphe, n'est-il pas ?

On a déambulé entre les diverses tonnelles et on a rencontré Philippe D. (BMW R1200R) que j'ai connu en Écosse l'an dernier.

On a perdu Didier qui flirtait avec des vieilles motos, on a bu un coup et on est repartis de plus belle, accompagnés de Philippe avec lequel on a terminé le road-book, à Eghezée.

Là, petite collation offerte par l'ASBL ou, en tout cas, comprise dans les frais de participation, et retour à la maison par l'autoroute, sur laquelle j'ai utilisé le cruise-control de la Tracer : autant s'en servir puisqu'il est compris dans le pack, non ? 

Comme s'il n'y avait pas assez de nids-de-poules sur nos routes nationales ...
Comme s'il n'y avait pas assez de nids-de-poules sur nos routes nationales ...

THE END

*

Commentaires: 0