16/10/2019 : Trackday

avec la Mertens Riding School

Sur le Circuit Jules Tacheny à METTET


On commence par l'album photos du jour.

J'y reviens incessamment sous peu pour un bref compte-rendu !!

Une bonne entrée en matière serait de vous dire que j'ai cru que j'allais faire partie du groupe BLEU.

On a en effet reçu deux e-mails de la MRS avec quelques explications relatives à la journée ainsi qu'un paragraphe concernant le groupe dans lequel on était inscrit.

Un e-mail annulait l'autre et, comme de bien entendu, j'ai compris le contraire de l'inverse, voyez ?  Exprimé ainsi, on pourrait croire que j'avais bien compris mais ... non !

Je n'étais pas chez les bleus !

 

Mais commençons par le commencement. 

 

Il fallait être sur le circuit pour 7h30.

J'ai quitté ma tanière vers 7h15 alors qu'il faisait encore noir.

Malgré un itinéraire bien connu et emprunté, pour une part importante,  pour rendre visite à ma regrettée belle-maman, je n'en menais pas large.

Pas habitué à rouler dans le noir.  Et il faut avouer qu'en Belgique, entre un éclairage public déficient, des routes secondaires non seulement en piteux état général mais également sans aucun marquage digne de ce nom, ça devient rapidement dangereux !  Seul "réconfort" ce matin là, il ne pleuvait pas ... encore !!

*

Lorsque je suis arrivé sur le parking d'entrée, j'étais précédé par 2 motards de la Police.  J'ai cru furtivement que l'évènement était annulé pour une raison ou une autre.  J'ai rapidement découvert qu'il y en avait "un tas" d'autres déjà dans les paddocks et j'ai appris, de la bouche de Stéphane MERTENS qu'ils étaient là pour un stage et que le groupe BLEU leur avait été attribué.

Les civils étaient donc répartis en 3 groupes, les verts, les jaunes et les rouges.

Et donc, alors que j'étais parti, tout fier, en me disant que mon temps de 1'29.310 m'ouvrait les portes du Grand Bleu, il n'en était en fait rien.

Et croyez-moi sur parole, je ne le regrettais ABSOLUMENT pas

 

Briefing de sécurité, pour toutes les autres couleurs, prodigué par Stéphane MERTENS en personne, avec les consignes habituelles complétées par des conseils plus pointus concernant la conduite ... sous la pluie ... car, oui, elle s'est rapidement invitée à la fête, la garce !!  Et pas qu'un peu en plus !!!

 

1er run des verts (dont j'étais donc !) à 10h00.

Cela m'a donné le temps de sympathiser avec un couple qui venait de Bruxelles, en voiture et à moto, elle dans l'auto, lui sur la moto mais c'est elle qui venait suivre la formation, avec accompagnement.

Sa Yamaha MT-07 n'avait que quelques kilomètres dans les jantes et sa conductrice/pilote venait pour acquérir de l'assurance : courageux voire téméraire, limite inconscient même, dans des conditions pareilles, vous l'avouerez !!

*

Quelques détails qui me reviennent en passant :

  • le transpondeur nous a été remis muni de deux colliers "colson" déjà insérés dans les passages adéquats (jusque là il fallait soit les apportés, soit les quémandés auprès du préposé ou au "truck mécanique") 
  • j'étais là depuis quelques minutes et GdG, un des instructeurs, m'a dit que mes pneus étaient morts et qu'il allait falloir faire preuve de circonspection particulièrement au virage n°9 où je risquais l'aquaplanage à coup sûr : de quoi me rassurer définitivement, voyez ?
  • j'ai croisé un visage connu en la personne du Grand Philippe qui était là avec sa TRIUMPH Daytona encore attachée sur la remorque ...

*

Arrive l'heure du premier run !

Parti en mode "St(andar)d", j'ai vite corrigé la cartographie de la belle Tracer et suis passé (entre les gouttes) au mode "B" avec le Traction Control System sur "2" : un truc de lopette pour rouler en toute quiétude sous la pluie et sur une piste détrempée ...

Les trois premiers tours se sont passés sans histoire.

You know why ??

Parce qu'il fallait suivre l'instructeur (Wim) pendant ... les 3 premiers tours !!!

Comme il y avait des "toutes premières expériences" sur piste, il y est allé sur des œufs ... mollets ;-) 🐔

*

Interlude : pour ceux qui douteraient encore de l'intérêt des stages sur circuit !!

*

Et donc, on était là, "filant" le train, l'expression étant bien galvaudée en la circonstance, (s'agissant en fait de train-train) à Wim notre instructeur néerlandophone, jusqu'à ce qu'à l'entrée de la ligne droite, il se range et nous fasse signe de passer !

Je me suis immédiatement fait déposer par les quelques verts qui étaient sagement restés derrière, à l'exception d'un ou deux "primo-arrivants", plus timorés que moi encore ;-)

C'est que ... si le virage n°9 (le plus rapide du circuit) était effectivement précédé d'un filet d'eau, il m'a semblé qu'ils ne manquaient pas ailleurs non plus ... et je ne voulais pas tomber dans leurs filets 😋. 

Si j'ai commencé à gagner en confiance c'était au compte-goutte, je dirais même plus, au goutte-à-goutte.

Contrairement à la Kriek Belle-Vue, qui "au plus que tu la goûtes au plus que ça te goûte", j'avoue que je suis rentré dans le paddock un peu ... dégoûté par les conditions de piste !

J'en ai discuté avec l'un ou l'autre jusqu'à en oublier le premier debriefing.

J'ai couru jusqu'à la salle au 1er étage mais je suis arrivé juste en retard,  au moment précis où l'instructeur demandait aux verts qui n'avaient pas pris le "coaching" de la quitter !

J'ai questionné le Grand Philippe qui m'a résumé la séance en quelques mots, la prudence étant la consigne essentielle, tenez, tenez !!

En ce qui le concernait, il l'a jouait à fond, sa Daytona restant imperturbablement sanglée sur la remorque ...

 

Pendant l'intermède, dans l'attente du 2ème run prévu à 11h20, je suis allé me commander un sandwich.  Il fallait normalement le faire avant 10h00 mais sans doute, du fait de la météo et de désistements qui ont suivi, les quantités prévues étaient suffisantes.

Une fois ce point particulier réglé, j'ai patienté en passant d'un local à l'autre, à l'abri de la pluie, celle-ci continuant de tomber de plus bellllllle !!

11h20, deuxième run !

Je m'aligne dans les tous derniers, une façon très simple de ne pas trop se faire dépasser, voyez ?  Il fallait juste y penser ;-)

Je n'aime pas me faire dépasser !

Cette fois, pas d'instructeur pour marquer le tempo :  adagio, andante, moderato, allegretto, allegro, vivace, presto ou prestissimo, c'était au choix et selon qu'on connaisse la musique ... ou pas ou ... au pas ou presque ... en ce qui me concerne.

Car, si j'ai continué de prendre confiance, j'ai eu deux ou trois chaleurs/frayeurs, notamment dans le premier "droit"  ainsi que dans l'épingle juste avant la longue ligne droite où j'ai vu les drapeaux jaunes et un gars dans les graviers (sur Aprilia je crois) : était-ce dû aux conditions de plus en plus délicates ou à mes pneus presque lisses ?  Je ne saurais le dire, mais probablement les deux car, malgré le mode Rain et le TCS en 2, j'ai dû composer avec quelques dérobades et j'ai pareillement failli terminer ma course (lente) dans les cailloux !!

Lorsque j'ai regagné les paddocks, j'étais soulagé, les 20 minutes ayant semblé une éternité et la moto comme le pilote étaient toujours entiers !!

*

Pas de briefing pour le 3ème run (12h40), pas d'amélioration des conditions dans le ciel comme sur la terre (amen !!) et un temps au tour de + d' une minute et cinquante-quatre secondes (je l'écris en lettres pour qu'il passe inaperçu) !!

J'avoue qu'à "ce stade de la compétition", j'ai failli faire comme le Grand Philippe qui n'avait pas attendu la fin du run pour s'en retourner chez lui, à Overijse, la queue entre les jambes et la Daytona encore et toujours sur la remorque qu'elle n'a pas quittée !!

 

J'ai quand même été manger mon sandwich en excellente compagnie dans la salle aménagée pour la circonstance, la cafétéria étant fermée pour cause de maladie du préposé aux cuisines ...

Souhaitons-lui au passage un prompt rétablissement !!

Il ne restait plus qu'à attendre 15 heures (!!) pour le 4ème run de la journée.

Avouez qu'il m'a fallu faire preuve de ténacité, courage, patience, inconscience, d'amour peut-être (?) pour rester là, à attendre que mon tour revienne, non ???

Comme le dit Isabelle dans son commentaire, les raisons qui m'ont poussé à continuer-rester-durer n'appartiennent qu'à MOI, na, et non peut-être !

Une hypothèse serait qu'ayant payé chèrement ma place, j'ai voulu amortir la dépense, en plus de la tenue de pluie ou de toute autre considération philosophique ...

*

Ainsi donc, j'ai été presque au bout cet après-midi là car il me faut avouer que j'ai fait l'impasse sur le 6ème et dernier run ...

 

Un 5 sur 6 méritoire.

 

J'entends même une petite voix douce et pénétrante me dire "6 sur 7", bizarre n'est-il pas ?

 

Pas de regret en tout cas.  J'étais très très heureux d'être là pour le tout dernier trackday de l'année de la Mertens Riding School !!

 

Une prochaine fois, car il y en aura certainement d'autres, beaucoup d'autres, je l'espère en tout cas, je ferai en sorte que la machine comme l'homme soient prêts car, pour cette fois, c'est la machine qui a failli, la faute à des pneus en bout de course !  Je pensais honnêtement qu'ils feraient encore l'affaire ...

 

Pour la petite histoire sachez que je n'ai pas attendu le printemps prochain pour changer les boudins. J'ai pris rendez-vous chez Pneus 2000 et j'ai fait monter des Continental Conti Road Attack III.


T'attaquais toi? 😜


Commentaires: 3
  • #3

    @l Bator (vendredi, 01 novembre 2019 20:58)

    C'est vrai ça : c'est bien d'avoir des "super-pouvoirs" mais c'est mieux de super vouloir !!

  • #2

    Isabelle (vendredi, 01 novembre 2019 14:10)

    Pour terminer mes commentaires sur cette sortie, j'attribue par contre un 1/10 aux 4 Fantastiques à qui tu avais proposé la sortie : ils l'ont envisagée un très court instant et se sont dégonflés très rapidement au vu des prévisions météorologiques.
    Pas très courageux, encore moins téméraires, dirons-nous !

  • #1

    Isabelle (vendredi, 25 octobre 2019 08:22)

    En regardant les photos et en lisant ton CR qui n’est que partiel à l’heure où je poste mon commentaire, franchement, la seule question qui me vient à l’esprit, c’est : « Mais qu’est-ce qui a pu attirer autant Alberto pour qu’il participe finalement à ce Trackday, sachant qu’il devrait braver un temps de chien ? »
    Car je ne peux imaginer que la veille de l’évènement, tu n’aies pas vérifié les prévisions météorologiques qui sont souvent « fiables », tout du moins quand elles annoncent la pluie. Quand il s’agit du soleil, pour le coup, elles sont malheureusement souvent à côté.
    La première raison qui me saute aux yeux c’est que tu voulais peut-être mesurer ta bravoure en te frottant aux « Bleus ». Mais il semblerait que non puisque tu as intégré le groupe des « Verts ».
    Une autre serait que tu voulais vérifier si d’autres comparses motards avaient ta ténacité, ta passion ou ta folie pour tenter d’atteindre leurs limites. Mais là encore, il semblerait que non puisque le seul qui soit venu jusqu’aux portes du circuit de Mettet (nommé le Grand Philippe) a vite repris ses jambes à son cou pour rentrer à la maison, bien au chaud !
    Aujourd’hui, je me questionne encore mais finalement les raisons qui t’ont poussé à rouler sur ce circuit par ce temps exécrable n’appartiennent qu’à TOI …
    Le principal étant que tu aies pu prendre du plaisir avec ta fidèle Tracer même si celle-ci n’était pas chaussée de semelles antidérapantes, ainsi que changer tes idées, tester tes nombreux réflexes, maintenir en souplesse ton corps de jeune retraité, amortir tes survêtements de pluie même si ceux-ci ont déjà fait leurs preuves lors de précédents voyages, … et tout cela, sans incident majeur, si ce n’est peut-être quelques dérapages ou frayeurs, le tout sous contrôle ou presque !
    En tout cas, puisque je ne connais pas encore la suite de ta journée (tu dois reprendre ta plume pour finaliser ton CR), j’espère qu’après tous les efforts que tu auras dû fournir pour rester entier sur le bitume détrempé, tu auras pu trouver un certain réconfort ou réconfort certain ...

Commentaires: 2

Isabelle

(vendredi, 01 novembre 2019 07:43)

Ouf ... finalement cette journée sur le circuit de Mettet se sera passée sans incident majeur, si ce n'est quelques dérapages bien contrôlés ... qui t'ont permis de vérifier tes réflexes encore vifs et bons !
Sois content de TOI, même si tu n'as pas été au bout du dernier run : 5 sur 6 plus que méritoire ... C'est pas si mal !
Moi, je te donne 10 sur 10 (et j'irais même jusqu'à 11 sur 10) pour ton courage et ta ténacité !
---