Jour 5 - 04/09 : Boucle CARCASSONNE

Carcassonne
Carcassonne

Annoncée pour 251 kilomètres, la boucle du jour proposait encore quantité de "points d'intérêts" dont le principal était la Cité de Carcassonne.

Mes amis Poupy et Serge y ayant déjà séjourné, ils ont modifié les plans : direction l'Abbaye de Fontfroide suivie d'une visite aux parents de Poupy qui étaient en vacances (avec leur mobilhome) à 85 kilomètres de notre lieu de résidence à Port-la-Nouvelle.

Je ne pouvais dès lors pas partager la journée avec eux et c'est finalement seul, tout seul, sans que je m'en explique une fois encore la raison, sinon à ... chercher la solitude (?) que j'ai pris la route.

Il y avait une centaine de kilomètres pour atteindre la Cité.

Il y avait aussi, à peu près à mi-distance, la possibilité de visiter le beau village de Lagrasse et son monastère. 

J'avais rejoint Pascale et Patrick et me tenait sagement derrière eux.

Lorsque nous sommes arrivés dans le village, ils ont tous deux marqué l'arrêt.  Je me suis rapproché en demandant s'ils allaient y prendre un verre.

En fait ils attendaient juste Jean-Luc que j'avais par ailleurs dépassé bien plus tôt alors qu'il zigzaguait (très très gentiment) derrière Marc et son Harley-Davidson.

Et donc, comme Pascale et Patrick ne s'étaient pas arrêtés pour prendre un pot, j'ai continué ma route.   J'avais d'abord fait demi-tour pour trouver le monastère mais ... sans conviction. 

 

Je suis arrivé à Carcassonne vers 11h15 et j'ai un peu galéré en cherchant un parking.  J'ai finalement trouvé mon bonheur, un peu en contrebas de la ville sur un emplacement réservé aux motos.

Là, j'ai ôté mes bottes et mes chaussettes que j'ai glissées entre la roue arrière et le garde-boue, j'ai descendu le pantalon pour mettre mon beau short de marche au jour 😜, j'ai enfilé mes chaussettes basses et mes chaussures d'été, j'ai attaché le casque au guidon à l'aide de mon antivol vélo et suis parti à l'assaut des remparts de Carcassonne.

 

Après quelques photos des murs d'enceinte, je suis passé sous les grandes portes donnant accès au saint des saints.

Il y avait beaucoup de monde, essentiellement concentré dans la petite rue qui grimpait et qui était bordée d'un tas de boutiques où se côtoyaient l'artisanat artistique et le ... n'importe quoi.  Idem pour ce qui était de la nourriture terrestre !

J'ai fui l'endroit en prenant mes jambes à mon cou.  Vous avez déjà essayé, en courant, ce n'est pas chose aisée !

 

Finalement j'ai longé les remparts et là, il n'y avait personne ou presque, de sorte que j'ai pu faire quelques photos sur lesquelles n'apparait aucune âme (sœur ou pas) qui vive !!

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé, comme disait ... euh ... Lamartine !!!

 

J'ai dû rester là +/- une heure sans croiser aucun des participants au voyage.

Je suis donc retourné, tranquille, jusqu'au parking, me suis rhabillé de pied en cap de mes bottes, mon armure et mon heaume, j'ai enfourché mon fier destrier et suis reparti ... comme en 40 !!!!

Belvédère de LASTOURS
Belvédère de LASTOURS

15,5 kilomètres plus loin, après avoir traversé Villemoustaussou, Conques-sur-Orbiel et Lacombe-du-Sault, nous étions invités à "jeter un coup d'œil" au belvédère des 3 châteaux de Lastours qui, si vous regardez bien la photo, sont au nombre de 4 !!!!

J'y étais à 12h25 et j'ai acheté mon ticket (3€) à 12h29 auprès d'une charmante personne qui m'a dit qu'il n'y en avait que pour 2 ou 3 minutes de marche pour profiter du panorama.

Il y avait là 2 hommes, un qui avait calé son œil dans le télescope et l'autre qui était penché sur la rambarde.

Un peu plus tard on s'est retrouvé à 3 penchés sur cette même rambarde à discuter d'abord de ce que nous voyions avec un des gars qui en connaissait un rayon sur le comment du pourquoi de l'existence du ... 4ème château, et ensuite, sur tout et sur rien.  On a parlé de la France, de la Belgique et de ses nids-de-poules, de la région, etc.  Ils m'ont donné 2 ou 3 adresses de bons restaurants et m'ont exhorté à visiter le village de Minerve.

J'en ai presque oublié de faire des photos (une seule en définitive !!) et au lieu de rester là quelques minutes, j'ai passé près d'une demi-heure  à deviser avec eux !  Incorrigible, n'est-ce pas ?

Cassagnoles
Cassagnoles

Il était donc 13 heures environ lorsque je les ai quittés pour reprendre la long and winding road, comme disent les Beatles !

 

Je suis reparti sur Roquefère, Pradelles-Cabardès, Castans et Peyrefiche sur des routes juste assez larges pour le croisement de 2 motos sans side-car, des routes qui voient passer 2 tracteurs par jour et encore c'est le même qui va le matin et qui revient le soir ;-)

A un moment, j'avoue que ça pèse un peu même si le mot n'est pas très approprié quand, justement, on crève la dalle et qu'à part manger des racines ou des mûres, il n'y a absolument rien pendant des kilomètres et des kilomètres ...

 

Et là par exemple, entre Lastours (WP52) et Ferrals-les-Montagnes (WP61), il s'est bien passé quarante-quatre kilomètres et neuf-cent-cinquante-trois mètres à du 40 à l'heure de moyenne avant que je tombe E-N-F-I-N sur une auberge providentielle avec une terrasse au soleil, qu'on aurait dit une oasis dans le désert qatari (netta belle tchi tchi !!)

Il était 14h15 et je désespérais qu'on me dise qu'il était trop tard pour manger.

J'ai passé timidement la porte et j'ai demandé s'il y avait quelqu'un :

"Y a quelqu'un ??" une première fois.

J'entends bien du bruit dans la réserve à l'arrière mais personne ne vient.  En frappant fort sur la porte, j'ose un second : "Y a quelqu'un ??"

Et là, enfin un gars sort de ... sa réserve et je lui demande s'il est ENCORE possible de manger.

Pas de souci !

Je peux m'installer en terrasse ? 

Pas de souci, bis !!

Il me reste des brochettes et des frites maison, ça vous va ?

Parfait ! 

Et comme boisson ? 

Vous avez quoi comme bière ?

Bla bla et Grimbergen !

Parfait, mettez-m'en une ...

Le gars a nettoyé et rallumé son barbecue.

Comment la cuisson ?

Saignant s'il vous plait !

C'est parti !

Je me suis régalé, en terrasse, dans un silence ... d'outre tombe, parfait après des kilomètres pendant lesquels, malgré les bouchons dans les oreilles, on est toujours agressé par le bruit du vent, de la mécanique, etc.

Un moment de grâce presque.

Après mon café allongé, j'en aurais presque fait autant au cours d'une sieste bien méritée, une sorte de repos du guerrier, voyez ?

Mais il y avait des bornes à abattre encore et encore ...

Minerve
Minerve

 

Et j'en ai encore abattues une vingtaine, passant par Authèze, Faveyrolles et Le Bouis avant d'arriver à ... MINERVE, le "fameux" village dont m'avaient parlé les 2 gars à Lastours, vous vous souvenez ? 

Hélas il était tard et il y avait également l'Abbaye de Fontfroide sur le road-book, un autre site qu'il fallait A-B-S-O-L-U-M-E-N-T visiter.

Je me suis donc contenté de prendre quelques clichés après avoir béquillé la Tracer à un endroit très peu académique, à gauche du pont qui réservait l'accès aux riverains.

Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide

Quelques départementales plus tard et après avoir traversé Azillanet et Olonzac, au WP 83 exactement, l'option était donnée de pousser une pointe jusqu'à l'abbaye en question avec un aller/retour de 2 x 7 kilomètres.

Je n'ai pas hésité, je suis sorti du road-book pour foncer sur l'abbaye.

Même protocole en arrivant sur le parking sauf que, cette fois-ci, j'ai fait passer l'antivol vélo dans la manche de la veste en plus du casque, de sorte que je n'ai pas eu à la trimballer comme je l'avais fait à Carcassonne.

 

C'est donc libérééééé, délivrééééé de mes oripeaux de motard que j'ai investi l'abbaye. 

J'ai croisé un couple qui avait renoncé à la visite.

Pensez, à 11.50 € l'entrée par personne, c'est effectivement un budget qu'ils m'ont dit préférer consacrer à une bonne bouteille de vin au repas du soir.

Chacun ses priorités n'est-ce-pas ?

C'est ... en vain que j'aurais essayé de les convaincre qu'ils n'auront peut-être plus jamais l'occasion de revoir Fontfroide alors qu'en ce qui concerne le pinard ...

Hein ? Vous m'avez compris !!

 

J'ai donc visité l'abbaye de haut en bas et de gauche à droite avec d'abord la Cour d'Honneur, puis le réfectoire des Convers, puis la Cour de Travail, puis encore la Ruelle des Convers ainsi que le Cloître !

Ce fut ensuite le tour de l'Église Abbatiale et ses vitraux, la Chapelle des Morts ou Saint-bernard, la Salle Capitulaire, le Dortoir des Convers, le Cellier et Porte Romane, la Chapelle des Étrangers en terminant par la Roseraie, ma Rose, ma Rose, ma Rose, ma Rose ...

 

J'ai par contre raté les "Jardins en terrasses". 

En fait, j'avais vu deux panneaux à l'entrée du site et je pensais qu'il fallait ressortir de l'abbaye pour accéder aux jardins alors que le second panneau redirigeait les visiteurs vers des sentiers de randonnées !!

Une vidéo qui vaut surtout pour la musique en définitive ...

Il ne restait alors plus que 37 kilomètres pour rejoindre l'hôtel à Port-la-Nouvelle.

Mais le road-book nous a encore réservé une belle et dernière surprise en traversant les salines de Bages et de Peyriac-de-Mer où nous avons roulé entre deux eaux, "nous" c'est Xavier et moi : heureusement qu'il était là pour qu'on se prenne en photos à tour de rôle.  Avouez que c'est plus sympa que ces "selfies" destinés aux égocentriques en manque de reconnaissance ;-)

Retour à l'hôtel où nous avons pris la clé et sommes partis ranger les motos en compagnies d'autres ...

Apéro et repas fait d'une soupe de poisson (rouille), un rôti de porc et petits légumes et une tarte aux noix.  J'ai probablement été le seul à prendre un café, comme souvent le soir ...

A table on a longuement évoqué le trajet du lendemain avec Sacha qui n'arrêtait pas de déplier/replier sa carte Michelin en encombrant la moitié de la table, mettant pratiquement tous les convives à contribution ;-)

Les salines de Bages ...
Les salines de Bages ...
... et dePeyriac-de-Mer
... et dePeyriac-de-Mer


Commentaires: 2
  • #2

    Alberto (jeudi, 19 septembre 2019 15:52)

    Brèves, belles et éternelles rencontres...

  • #1

    Isabelle (jeudi, 19 septembre 2019 13:34)

    Ohhhhh, pas sympa de la part de mes deux Fantastiques qui t'ont abandonné, TOI, à ton triste sort ... Et c'est seul, sans avoir trouvé une âme soeur, que tu as enfourché ton fier destrier pour la visite de la Cité de Carcassonne.

    La vie est vraiment trop injuste ! Heureusement qu'il y a les rencontres d'un jour qui peuvent durer toujours ...