Jour 3 - 22/07 : LICHTENFELS > PRAGUE

400 bornes au menu du jour.

La veille, lors du speech, Paul nous a invités à partir plus tôt du fait du kilométrage conséquent mais aussi et surtout parce que l'autocar allait venir nous chercher à l'hôtel à 18H00 pour nous emmener sur les quais de la Vltava ...

Du coup, on a mis le réveil à 6h45, histoire d'avoir le temps de prendre le petit-déjeuner sereinement et de se préparer tranquille tranquille ;-)

Et de fait je suis parti le dernier ou presque.  Si je ne me trompe pas, nous étions garés en sous-sol et la TRACER GT fut la dernière à quitter les lieux, juste derrière les ... "4 fantastiques" qui m'attendirent.

Philippe et Serge aux petits soins pour la GT. C'est qu'elle donne envie de s'y frotter :-)
Philippe et Serge aux petits soins pour la GT. C'est qu'elle donne envie de s'y frotter :-)

On a fait les pleins à Bad Berneck im Fichtelgebirge (!!), à une soixantaine de kilomètres de Lichtenfels.  Voyez, sur la photo ci-contre, comme mes compagnons de route sont confondants de gentillesse !  Bon, j'aurais préféré que ce fut Viviane et Isabelle, en tee-shirts mouillés et une eau bien moussante mais ... on ne peut définitivement pas tout avoir ;-)

 

Petite charentaise concernant le carburant.  On a le temps, pas de "Umleitung" au programme aujourd'hui ni de "Objižd'ka" (à prononcer approximativement "Obritchtch'ka" !!  A vos souhaits !!

 

La Super E10 était à 1,439 € du litre alors que le diesel, si j'ai bonne mémoire était à peine à 1,3 €.

Cela m'a surpris car j'avais comme souvenir (très lointain il est vrai car du temps où nous descendions en Italie avec les parents) que l'Allemagne, comme d'autres pays, proposait le super comme le diesel au même prix, pour ne pas favoriser un carburant par rapport à l'autre, sans doute déjà une prise de conscience écologique (?).  Et là, ce n'est plus le cas, à contrario de ce qui se passe dans notre petit royaume.  Zarrebi, non ??  Que soit !!

Lac de Cheb
Lac de Cheb

Une heure plus tard, au WP 22 exactement, après 128 kilomètres de route environ, les possesseurs de Tripy basculaient quelque part dans le vide car l'appareil ne comporte pas de carte de la République Tchèque !

Un peu plus loin, nous étions tout un groupe à nous arrêter au bord du Lac de Cheb.  Il y avait là Jean-François, Olivier, Jean-Luc et Carine, Benoit, Gull et Michel ...

Lorsque nous sommes repartis, pour les raisons évoquées plus haut, je suis resté sagement dans la roue de mes désormais acolytes habituels mais, je suis tout de même arrivé juste avant eux à Karlovy Vary qui se situait 82 kilomètres plus loin.  Là, je me suis dirigé vers le parking indiqué par le Tripy.

J'attendais que le préposé soit disponible ...

Sur l'entre-fait, mes "collègues" sont arrivés et on a appris que l'aire était complète.  Serge s'est inquiété auprès de passants qui nous ont indiqué un plus grand parking situé quelque 300-400 mètres plus haut dans la ville.

On y est allé.  On a franchi la barrière après avoir pris deux tickets.

Là, mes amis se sont livrés à un streap-tease soft ah ah pour se retrouver en short, tea-shirt, sandales !  Perso, j'ai sorti l'anti-vol vélo que j'ai passé dans la manche de la veste, le sac de réservoir, le casque et le guidon, histoire de sécuriser mon bien !  J'étais ainsi bien allégé pour affronter la canicule.

En effet, on n'est jamais descendu sous les 30° Celsius soit 90° Fahrenheit et j'ai même vu s'afficher 41°C deux jours plus tard.  Mais où va-t-on je vous le demande !!

Karlovy Vary
Karlovy Vary

A midi nous étions à un guichet de change pour acheter quelques couronnes tchèques.

Nous avons eu 252 CZK contre 10 €.

Nous avons parcouru quelques avenues commerçantes pour nous arrêter au Bagel Lounge Restaurant, T.G. Masaryka 825/45.  Mes amis avaient de quoi pique-niquer mais ils ont décidé de ne pas me laisser à mon sort, merci à eux ;-)

J'ai pris un "Love chicken menu" (💖🐔) et un Coca (🐓a), des trucs du cru en quelque sorte !

Des œufs cuits durs (🐣) ont circulé sous le manteau ce midi-là si j'ai bonne mémoire 🧠 ...  

"Fast food, fast ate"  : on a quitté les lieux à 13h05.

On s'est à nouveau promenés dans la ville pour remonter ensuite vers le parking.  Alors qu'on aurait préféré plonger dans une piscine (à supposer que je sache nager bien entendu !), on s'est en réalité "resapés" de pied en cap pour reprendre la route !

On a roulé ainsi +/- 65 km et on a marqué l'arrêt devant le Monastère de Manetin duquel on a pris quelques photos.

20 minutes plus tard, j'étais le seul à faire une pause pour tirer le portrait à l'Abbaye cistercienne de Marianska Tynice à Kralovice.

Abbaye de Marianska Tynice
Abbaye de Marianska Tynice

Il restait une centaine de kilomètres à parcourir et, pour ne pas me mettre en retard, j'ai zappé la Tour Panoramique ainsi que le Château de Karlstejn .

Un peu avant d'arriver à l'Hôtel Pyramida, j'ai été rejoint par Loïc (GS) et Michel (Fazer 800) qui étaient accompagnés par un gars sur une KTM immatriculée en France ...

Un peï plutôt corpulent, pantalon noir, chemise blanche, nous a demandé, avec force gestes, de nous intercaler entre des voitures dans un coin du parking, cela afin d'éviter que nous n'encombrions exagérément l'endroit.

Cela nous a permis, entre charentaise, d'éviter de payer les 8 € normalement dus par jour pour le parking qui, de toute façon, devait être gratuit sur l'insistance de Paul auprès de l'agence de voyage !!

Devant nous, un bâtiment qu'on aurait pu confondre avec un hôpital.  Mais en définitive, hôpital, hospitalier, hospitalité, tout cela vient de la même racine, n'est-il pas ?

Michel et Loïc m'ont expliqué la présence de ce jeune motard français sur sa moto autrichienne.  Il cherchait un endroit pour dormir à Prague avant de poursuivre sa route.  Ils pensaient pouvoir l'intégrer à notre groupe dans la mesure où il y avait parait-il eu des désistements (????)

Il n'en fut évidemment rien, les choses étaient scellées depuis longtemps et il n'y a pas de place pour l'improvisation dans ce genre de situation ...

J'ai rejoint notre chambre, la 445 au ... 4ème étage pour déposer mes affaires, suis redescendu au -1 pour récupérer les valises latérales et suis remonté à nouveau, après quoi j'ai pris une douche rapide (debout quoi !).

Nous avions rendez-vous au rez-de-chaussée devant la réception à 17h45 pour attendre le car qui devait nous déposer sur les quais de la Vltava.

 

Nous sommes arrivés à 18h20-25, bien en avance par rapport à l'heure du départ du bateau mouche, prévu à 19h00.

Nous en avons profité pour prendre l'apéro, un "Spritz" en compagnie de Paul, Spritz à 125 CZK le ballon. 

Il a fallu rameuter les troupes lorsque la cloche a sonné le départ du bateau qui largua les amarres pile poil à 19h01 environ ;-)

Nous avons été accueillis avec un verre, genre dé à coudre, d'un alcool qui avait un vague goût d'herbes aromatiques ...  Ce n'était pas de la Slivovitz.

N'étaient le service bien trop empressé, l'attente dans les écluses, le confort relatif du rafiot, le manque d'information sur ce qu'il nous était donné à voir, nous avons passé un très bon moment, d'abord dans la cabine restaurant et ensuite sur le pont du bateau.  La navigation sur la Vltava nous a permis de voir un tas d'édifices, plus imposants et plus beaux les uns que les autres ainsi que les ponts qui l'enjambent, dont le célèbre Pont Charles, magnifique !  Il y avait certainement un million de choses à dire, la preuve avec une guide qui était à bord et qui n'a pas arrêté une seule seconde de parler à des touristes russes qu'elle accompagnait sur le bateau.

En fait, dès qu'une ville est traversée par une rivière, elle prend un cachet tout particulier ... même Charleroi, si si ;-)

Gull nous a fait un petit show "guitar hero" avec lequel il a eu un beau succès et qui a fait rire tout le monde.  Il s'est même "emparé" du micro de la guide pour faire "coucou" aux touristes et il lui a aussi fait comprendre qu'elle devait arrêter de les assommer avec ses explications ;-)  

 

Retour à quai, récupération du car et retour à l'hôtel aux environs de 21h20.

Si certains sont repartis pour écumer les bars de la ville, aussi loin que je sois concerné, j'ai directement regagné ma chambre.  Il est des moments, lorsqu'on voyage en groupe, où l'on a besoin d'un peu de calme, de solitude, pour se reposer les oreilles et l'esprit.  Rien d'anormal en bas de ça, non ?

De toute façon, ceux qui ont bu le "dernier" au bar de l'hôtel, n'ont pas trainé car Paul est remonté vers 22h00 tout au plus.

On a un peu surfé sur le Net et on n'a, cette fois, pas été longs à se glisser (ou pas) sous les draps pour profiter d'un bon sommeil réparateur, la journée ayant été particulièrement longue.

***

Commentaires: 1
  • #1

    Isabelle (jeudi, 08 août 2019 09:14)

    Pour cette étape, en effet, le seul stress (si on peut utiliser ce mot car nous étions quand même en vacances - le stress est en principe pour ceux qui travaillent encore - et non, nous ne sommes pas tous de jeunes retraités) était d'arriver à l'heure pour notre voyage de Prague en bateau mouche. Tout cela sous une chaleur accablante (et oui, short et chlapettes dans le top case sont une bonne formule), tout en profitant des magnifiques paysages le long de notre route. Et nous y sommes arrivés !