Jour 1 - 31/08 : Couvin > Savigny-le-Bois

1ère étape du dernier voyage de l'année, du moins, accompagné de ma fidèle Tracer qui me "suit" partout autant qu'elle me supporte  !

Le départ étant fixé à un jet de boulon de 13 de mon logis, je n'ai pas dû me lever aux petites heures... 

J'étais sur le pont, à 9 heures, le samedi 31 août, sur la place de Couvin et c'est en compagnie de Daniel, Paul et Patrick (un nouveau venu originaire des Hauts de France ) que j'ai bu le deuxième café du jour au bistrot "Normandy".

François ainsi qu'Henri étaient là pour nous souhaiter un bon voyage.

 

L'inauguration, en grandes pompes, du nouveau tronçon de 8 km entre Couvin et la France est venu légèrement perturber les premiers tours de roues de ce voyage, de sorte qu'on n'a pu prendre la A304 qu'à partir de l'Hexagone justement ...

Ainsi donc, après Rethel, on a continué sur Perthes, Alincourt, Juniville, Pontfaverger, Bétheniville, Aubérive et Suippes.

J'ai fait le plein à Suippes (WP 18) , après +/- 130 kilomètres auxquels il faut ajouter les 40 qui me séparaient de Couvin.

De la sorte, je pouvais sereinement envisager d'arriver à destination, l'étape du jour comportant trois-cent-septante-sept kilomètres et cent-septante-et-un mètres jusqu'à Savigny-le-Bois !

6 WP plus tard, au 24 par conséquent, apparaissait sur le Tripy une icône avec une assiette flanquée d'une fourchette à gauche et d'un couteau à droite, synonymes de resto en vue. 

"C'est pour déjeuner ?  Non connard, on vient faire un tennis !"

Notez que, là, on aurait pu faire un autre sport ...

 

Et de fait, en retrait de la rue, dans cette longue ligne droite, il y avait des barrières et une pancarte avec l'inscription Golf La grande Romanie.

Je suis d'abord passé outre, considérant sans doute qu'il était encore tôt mais je me suis ravisé. 

J'y ai retrouvé Muriel (Tiger 800 XCx) et Olivier (GS) qui sirotaient une boisson à l'ombre d'un parasol.

 

Nous sommes finalement convenus d'y manger et avons appelé Paul.

Pour un peu on serait restés plus longtemps pour une sieste ou pour s'exercer au swing, l'idéal étant, à la réflexion, de swinguer dans un hamac !

 

On est reparti vers 13h30 si je ne m'abuse et on a roulé, chacun à son rythme, jusqu'à atteindre une crêperie que Paul connaissait.

S'il n'avait pas planté sa camionnette sur la place, on serait tous passés à côté sans la voir ... C'eut été dommage !

On y a retrouvé Michel qui, en plus d'un Perrier menthe, dégustait une glace qui faisait envie.

Moi j'ai demandé une boisson légère et la tenancière m'a proposé un Vittel Pulco citron qui m'a bien désaltéré et qui n'a aucunement pesé sur mes tuyaux !

 

Plus tard, vers 16h45, je suis arrivé à Commissey, ses écluses et ses maisons éclusières.  J'y a marqué l'arrêt pour ... compléter l'album !

 

Je suis ensuite parti sur Tonnerre, Aigremont, Nitry, Lucy-le-Bois pour arriver à destination, l'hôtel "Le Relais fleuri" à Savigny-le-Bois vers 18heures.

Ce n'est pas la première fois que nous y logeons et gageons qu'il ne s'agira pas de la dernière.  Les chambres singles sont bâties en enfilade qui permettent de béquiller la moto juste devant le pas de la porte, un "plus" lorsqu'on charge et décharge sa bagagerie.

La chambre est, par ailleurs, spacieuse, aménagée de façon moderne sans ostentation, le tout bien propre et une bouteille d'eau est même posée sur le bureau chaque jour.

 

Il y avait un mariage le jour de notre arrivée.

Nous craignions que notre nuit soit perturbée par les flonflons de la noce mais ce ne fut pas le cas.  A 22h15, lorsque nous avons gagné nos chambres, nous avons même plaint le "D.J." qui n'avait devant lui que quelques marmots qui s'exerçaient à la danse ... des canards !

Il faut dire que les convives étaient encore tous à table.

 

Avant ça, nous étions bien évidemment d'abord passés au bar, puis en salle de restaurant où une longue table avait été dressée à notre attention.

Paul a, comme chaque soir, fait son speech de présentation du "day after".