Jour 3 : 02/09 : Brioude > Port-la-Nouvelle

Viaduc de Garabit
Viaduc de Garabit

Cette 3ème étape, annoncée pour 419 kilomètres, devait E-N-F-I-N nous voir arriver à destination, à Port-la-Nouvelle plus exactement.

Les "gros rouleurs" auraient sans doute pu la rejoindre en deux plutôt que trois jours mais c'eut été alors au détriment de la qualité des road-books : ils auraient fait la part belle aux autoroutes soporifiques sans compter l'absence des quelques points d'intérêts qu'il nous a été donné de voir au cours de cette descente.

 

Nous sommes remontés "plein nord" pendant 11 kilomètres pour embrancher l'autoroute E11, surnommée "La Méridienne".

La bonne surprise fut que nous l'avons quittée après seulement une 50aine de bornes, pour rapidement attaquer les départementales et autres communales, pour notre plus grand plaisir jusqu'à arriver à "hauteur" du fameux Viaduc de Garabit, connu de tous ou presque, avec sa couleur rose. 

Apparemment ce pont compte des billions de boulons !

Pensé par l'ingénieur Léon BOYER, il est l'œuvre de Gustave EIFFEL et sa société qui a pratiquement embrayé dans la foulée sur la construction de la célèbre tour plantée sur le Champ-de-Mars ... à Paris, je crois ? 

 

Arrêt photos O-B-L-I-G-A-T-O-I-R-E pour immortaliser une fois encore cette curiosité ferrugineuse  ! 

On a continué sur Chaudes-Aigues, Lacalm qu'on a traversé tranquillos,  pfffff, jusqu'à s'arrêter à un point de vue  !  

 

On a rejoint Laguiole (prononcé La Gayole chez nous ?) vers 10h30, une belle heure pour se regrouper autour d'une bonne jatte de café dans le premier bistrot que nous avons trouvé.  On y a  vu défiler du monde : Henri et Josiane, Xavier et Olivier, Patrick et Georges, Marc ainsi que Paul .

Pour me donner bonne conscience, je suis entré chez une marchande de couteaux.  Bien m'en pris car elle avait en magasin le plus grand couteau fabriqué par Laguiole : 1m92 fermé, 3m54 lame ouverte et 192 kilos, pratiquement les mensurations de mon grand cousin Pascal, braguette fermée ! 

On a digressé sur l'interdiction du port d'armes blanches en rue.
Si je me souviens bien, elles sont TOUTES interdites et la règle de la longueur de lame n'existerait pas ...  A confirmer !

 

On était au WP14 et là, sans tourner autour du pot, je vous emmène directement au 33, à TRÉBAS où l'on s'est retrouvé à partager le repas dans une espèce de snack qui ne payait pas trop de mine. 

Les plats servis confirmèrent cette impression ! 

Par exemple, j'ai pris une omelette : quoi de plus simple qu'une omelette me direz-vous !?  Et bien, you know what ?  Cela m'étonnerait que les œufs utilisés soient sortis du cul d'une poule qui a pris du plaisir (ah ah) à gambader en liberté SUR LE SOL, qui plus est sur le sol français, Monsieur, voyez ?

Pour rappel, le patelin s'appelait Trébas et je pense qu'on aurait pas pu tomber plus bas ou alors en cherchant bien ;-)

Pour rendre justice à l'établissement, j'ajouterai tout de même que le dessert maison était vachement bon !!

Autre compensation vis-à-vis du village cette fois, :  non loin de là, un pignon de peint de très belle manière avec un paysage pastoral.

 

Plus tard j'ai été rejoint par Xavier et nous avons fait la route ensemble jusqu'à arriver à Saint-Pons-de-Thomières (WP55).

J'aime bien rouler avec Xavier parce qu'on tient + ou - le même rythme, genre "tourisme sportif", voyez ?

 

Et donc, on a bu le coup à Saint-Pons avec Paul et d'autres encore (Patrick, Georges, Olivier, ...) qui étaient de passage et qui sont parfois repartis avant nous alors qu'on y était avant eux !

Tiens, on a vu passer une Renault Spider qui a particulièrement attiré mon attention tant il est rare d'en croiser.

La fiche complète ici pour ceux que l'engin intéresserait !

Petite digression pour signaler au passage qu'à la rubrique "Autres centres d'intérêt", il est question également d'automobiles.  Elle n'est pas très étoffée mais ça pourrait (re)venir.

 

Nous étions à environ 93 kilomètres de la destination finale.

On a continué à rouler en duo avec Xavier, les autres trouvant notre rythme un chouia trop élevé !

 

On est passé par Aigues-Vives, Bize-Minervois, Ginestas, Ventenac-en-Minervois, Canet (comme le pilote de Moto3), Villedaigne, Ornaisons, Montséret, Portel-des-Corbières, Sigeanet enfin Port-la-Nouvelle.

L'approche du port en question est plutôt ... euh ... comment la qualifier ? ...

tristounette ?  Un euphémisme sans doute.

On y arrive via une énorme usine ... à gaz (?), faite de très hautes cheminées et de bâtiments industriels ainsi qu'un port tout aussi industriel, où sont amarrés des bateaux qui n'ont rien à voir avec des esquifs de plaisance, voyez un peu le topo ?

Heureusement, après ce passage calamiteux, on accède à la mer, "la Petite Bleue", avec l'hôtel Méditerranée qui lui fait front.

 

On allait E-N-F-I-N se poser quelques jours et donc pouvoir enlever les valises de la Tracer et les vider dans nos garde-robes et autres étagères ...


Et ainsi donc, j'ai gagné ma chambre qui ne donnait pas sur la mer.

Nous étions prévenus de cette possible différence de traitement entre ceux qui la verraient de leur balcon/fenêtre et ceux qui n'en profiteraient pas.

 

Une sangria blanche plus tard, ceux qui voulaient ranger leurs motos ont suivi un vieil homme à bord de son Kangoo (perso en souliers de ville et ... sans casque) jusqu'au garage situé à +/- 300 mètres de l'hôtel. 

 

Nous sommes ensuite passés à table.

Au menu :

  • salade niçoise
  • canard et frites de patates douces
  • dessert ... oublié !

À la terrasse du dessus, il y avait un couple de français qui mangeaient des moules.  Sacha a failli aller à leur table tellement ça le ... démangeait de voir comment ils s'y prenaient pour les déguster.  Ils y allaient avec les doigts, vous imaginez un peu ??

On n'est pas des sauvages ... nous !!

Celle-là a été prise le matin avant départ
Celle-là a été prise le matin avant départ

On a beaucoup ri, comme des bossus de Notre-Dame ou d'ailleurs, ce soir-là, Sacha étant un personnage, voire une multitude de personnages à lui tout seul !

On a fait un beau duo je dois dire et le public a été ravi ;-)

Vivement un lever de rideau sur une pièce comique !!

 

Après ça, avec d'autres, on a fait un aller/retour sur la digue longue d'à peine quelques centaines de mètres.  Des locaux jouaient aux boules.

 

J'ai terminé la soirée en compagnie de Xavier, Paul, Jean-Louis et Catherine.  Celle-ci est originaire de la région et lors d'un speech du soir, Paul lui a donné la parole pour nous la présenter (la région ! faut suivre un peu !)  en évoquant notamment les divers châteaux que nous allions voir sur notre route.  Elle en connaissait manifestement un rayon et nous a conseillé sur ce qu'il FALLAIT voir et ce qui était, disons, facultatif ...

 

J'ai gagné ma chambre et me suis endormi rapidement, du sommeil du juste, Juste LEBLANC comme dans le dîner de cons et ... qui dort dîne !! 

*

Pour ceux qui n'ont pas vu qu'il y avait une page dédicacée à cette fin plus avant dans le compte-rendu du voyage !