JOUR 1 - 20/07 : BARCHON > LIMBURG AN DER LAHN

Comme d'hab, la nuit du départ, je dors mal, comme Jaco Van, voyez ?

Et comme il fallait être à Barchon, soit à +/- 110 bornes d'ici, entre 9h00 et 9h30, autant vous dire qu'elle fut brève !

J'ai réussi à lever le camp à 8H15 et, le casque sur la tête, j'ai embrassé Ma Douce et suis parti la mort dans l'âme comme à chaque fois que je pars !

Heureusement, ça ne dure que pas longtemps, soit les "S" qui me séparent de la N5 ... car la concentration sur le pilotage prend le pas sur TOUT LE RESTE !   Ensuite ce fut le R3, puis l'autoroute NAMUR-LIÈGE, le cruise-control bloqué sur 130 compteur, soit 121-122 réels,  direction Verviers et arrivée à la station-service de Barchon.

 

Manifestement, je n'avais pas encore rassemblé mes 2 ou 3 neurones et on m'a fait remarquer qu'on pouvait payer avec la carte de crédit.  J'avais décroché le pistolet (non mais allo quoi !), pensant que je payerais après, à la caisse et le carburant ne coulait évidemment pas ...

 

J'ai ensuite rejoint le groupe dans le Shop où j'ai retrouvé quelques têtes connues et d'autres, nouvelles, mais toutes sympathiques à première vue.

 

Comme souvent, je ne me suis joins à personne pour ne rien imposer ni m'imposer, voyez un peu ?

20 bornes d'autoroute puis Welkenraedt, Jahlay, Butgenbach, Heppenbach, Andler, Schönberg, la frontière allemande, Bleialf, Pronsfelt, Oberlauch et arrivée au WP 39 où nous étions invités à admirer le paysage avec, sauf erreur, le village de Kyllburg en fond d'écran !

J'avais rejoint Mathieu (K1300GT) et nous avions croisé 4 ou 5 motards "de chez nous" qui semblaient chercher leur chemin et que nous saluâmes au passage.

 

Le message est passé qu'il ne fallait pas descendre dans la vallée car le pont était en réfection.  Première déviation du voyage (ça y est, le MOT est lâché !!!) qui sera suivie de beaucoup d'autres, au grand désespoir de toutes et tous !!!

Nous nous sommes calés derrière le "Transpeed" de Paul et, après maintes tergiversations, conciliabules et autres colloques, on s'est frayé un chemin entre Staffelsteen et Oberkail (ça ne s'invente pas !) jusqu'à arriver à l'auberge "GASTHAUS TIMPEN" à Schwarzenborn.

Il y avait là un vieil homme très lent et très bavard mais ... compréhensif par rapport à notre peu de maitrise de la langue de Goethe.  Longue discussion là aussi et colloque devant les 2 (!!) menus qui étaient disponibles.

On a réussi (yesss !) à panacher les 2 avec la viande de l'un et les accompagnements de l'autre mais il a fallu faire preuve d'énormément de patience, d'empathie, de compréhension (à l'audition) pour y arriver !!

Tout ça pour une Schnitzel et des patates, en gratin il est vrai ... et pour un repas qui a finalement duré deux heures ou presque.

Contents de partir, nous étions !!

On devait atteindre l'abbaye d'Himmerod à un jet de goupillon de là, mais on est tombé sur une seconde déviation.

Mathieu et Paul ont renoncé à la visite et nous nous sommes ainsi retrouvés à 5 à contourner l'obstacle de la déviation et rebrousser chemin pour atteindre l'abbaye. Une splendide Mercedes Benz 190 trônait devant le parvis, parée de fleurs pour l'occasion d'un mariage célébré en grandes pompes, au moins du 45 c'est sûr !  Du coup, à cause de l'office, on n'a pas pu pénétrer dans l'édifice et nous avons fait quelques photos de loin et des extérieurs.

Après ça, nous sommes repartis pour traverser la vallée de la Moselle, une rivière qui évoque directement le vin du même nom : c'est ici le parfait mariage de l'eau et du vin, un miracle en quelque sorte !

Il est sidérant de constater que, dans quelque direction qu'on regarde, tous les coteaux sont plantés de myriades de ceps : il n'y a pas un mètre carré qui ne soit occupé !  Et quand on voit le dénivelé des versants, on se demande comment il est possible de prendre soin de ces précieux pieds !  Vraiment impressionnant !!

Deux heures et 90 kilomètres plus tard, nous avons rejoint COCHEM.

On a eu un peu de mal à trouver un parking jusqu'à ce qu'on voit un picto avec une moto !  Nous avons parqué les destriers à l'ombre d'un pont.

On a presque directement investi un bistrot où nous nous sommes installés en terrasse.  Le serveur était italien et, si j'ai tout bien compris (?) il avait 8 enfants et vivait en Allemagne depuis un peu plus de trente ans ...

 

On a quitté les lieux à 17h45, ce qui nous a juste laissé le temps de traverser Klotten, Pommern, Müden, Burgen, Hatzenport, Oberfell, Niederfell, Winningen, Koblenz et son Deutsche Eck, tout ça sans même se retourner !  Et de continuer sur Ems, puis Obernhof et IsselbachDiez et enfin Limburg an der Lahn et l'hôtel Montana que nous avons atteint plutôt tard ! 

D'ailleurs, si je ne m'abuse, la directrice de l'hôtel ayant eu la bonne idée d'avancer le repas d'une demi-heure, on n'a même pas eu le temps de se doucher avant de gagner la salle du restaurant mais juste celui d'enfiler un short et de s'asperger de déodorant, aaarrrggghhh !!  Les autres avaient déjà mangé l'entrée. 

Petite "charentaise" pour signaler que cette fois je ne m'appesantirai pas sur ... la bouffe qui nous a été servie.  Attention, cela ne veut pas dire que je ne l'ai pas appréciée, juste que c'est fastidieux de se rappeler de ce qu'on avait dans l'assiette, matin, midi et soir, voyez ?  Certes, l'Allemagne et la Tchéquie ne sont pas réputées pour leur cuisine, ça se saurait, mais ceux qui me connaissent savent que je peux me contenter de ce qu'on "met" dans mon assiette et il est rare qu'elle ne soit pas vide à la fin du repas !!

Après le repas et le speech de Paul, quelques uns sont partis pour un tour de la ville.  Il fallait parcourir un peu plus d'un kilomètre et demi pour l'atteindre mais ça valait vraiment la peine.

Paul a pris la camionnette et Gull, Benoit et moi, nous nous sommes installés à l'arrière, avec des matelas de mousse pour amortir les chocs. 

 

On s'est retrouvés à boire le coup avec Gull, Paul et Benoit.  Celui-ci aurait bien apprécié un petit alcool du cru mais le garçon n'entravait rien de notre "fluent english" de sorte qu'il s'est retrouvé avec une bière blanche qu'il a encore à cette heure en travers de la gorge ;-)

On a fait un tour de la ville : la cathédrale Saint Georges, les maisons à colombages, les boutiques illuminées et, last but not least, la fraîcheur du soir.

Retour à l'hôtel, douche E-N-F-I-N, topo de la journée avec Paul et "la bonne nuitée" !!!

***