Chorges (Hautes-Alpes) avec "Les godasses de Fraire"

Séjour du 1er au 10 juillet 2021

FRAIRE, humains qui après nous vivez ...
FRAIRE, humains qui après nous vivez ...

Autant commencer par des images, souvent plus parlantes que les mots : voici donc les photos du Jour 1 et du jour 2. (cliquez sur les liens !)

 

*** JOUR 1 ***

 

Pas grand chose à dire concernant le Jour 1 puisqu'il nous voyait partir de Fraire à 4 h 00 du matin pour atteindre notre destination, le VVF "Club intense Le Lac de Serre-Ponçon" à Chorges, département des Hautes-Alpes, région Provence-Alpes-Côte d'Azur !

 

Les organisateurs avaient prévu de faire le déplacement en un seul jour, d'où un départ aux aurores et une nuit extrêmement courte.  Pas de souci car nous allions avoir tout le loisir de piquer du nez tout au long du trajet dans l'autocar Urmetz affrété pour la circonstance.

Nous avons marqué les arrêts nécessaires pour nous permettre de nous détendre (toilettes, cigarettes, buvette) ainsi que pour les repas (petit-déjeuner puis repas de midi dans un Autogrill) et respecter les temps de roulage du chauffeur, Cédric.

Nous avons parcouru de l'ordre de 850 kilomètres et sommes arrivés au village vers 17h00 !

 

Les clés ont été distribuées : nous étions dans un appartement (grand séjour avec canapé-lit, coin cuisine, salle-de-bains, WC séparé + une chambre-cabine avec 2 lits superposés) et, cerise sur le gâteau, une très large terrasse donnant sur la Baie Saint-Michel avec une vue splendide sur le Lac de Serre-Ponçon.

Si au niveau de la vue, nous étions tous logés à la même enseigne, ce n'était  par contre pas le cas pour le logement avec quelques disparités dues à la configuration des lieux. 

Deux lacunes pour tous toutefois : pas de télévision et surtout pas de Wi-Fi ce qui, par les temps qui courent, devient une carence. 

L'infrastructure vieillissante expliquerait cela. 

 

Nous étions attendus à partir de 19h30 pour le repas du soir : un buffet pour les entrées, 2 choix pour le chaud (viande/poisson, légumes) et un petit-buffet de desserts, suffisant pour caler tous les estomacs sans prétendre à de la gastronomie.

 

Nous sommes sans doute passés au bar pour écluser quelques bières mais n'avons pas trop traîné après cette longue journée en autocar.

Vue du balcon de l'appartement 132 Rdc
Vue du balcon de l'appartement 132 Rdc

Commentaires: 1
  • #1

    Giusi (vendredi, 16 juillet 2021)

    Très bien installés !! Vue imprenable sur le lac de Serre-Ponçon �


*** JOUR 2 ***

 

 Les choses sérieuses ;-) commencent par un programme déjà chargé avec, au matin, le circuit "Les Curattes", au départ du village, un circuit permettant des vues panoramiques sur le lac de Serre-Ponçon.

Comme toujours, deux groupes sont constitués.

Suivant les auteurs (participants, guides, ...) il s'agit "des sauvages" et des autres, des rapides et des plus rapides, etc.

Outre le rythme, le parcours est également différent avec des dénivelés plus ou moins conséquents, le but n'étant de toute manière pas de faire des moyennes de folie mais plutôt de profiter des sentiers tracés à travers une nature qui invite à regarder autour de soi et non de se fixer sur ses pieds !!

 

Notre guide du jour s'appelait Nathalie Élodie accompagnée de son fidèle compagnon, LLoyd, un jeune berger encore en cours d'apprentissage !

Tous deux ont guidé les "sauvages" dont nous étions, Ma Douce et moi, pour un circuit d'à peine 5 kilomètres, histoire de se (re)mettre en jambe avec déjà quelques passages parfois délicats ouvrant sur de splendides panoramas, jugez plutôt ...

Nous sommes rentrés pour midi et nous sommes dirigés directement vers la salle de restaurant.  Ce jour-là, au menu : assiette de crudités, dos de colin, gratin de courgettes, pommes-de-terre ainsi que buffet de dessert.

À noter que les vins (rouge, rosé, blanc) étaient compris dans le forfait et ils ont coulé à flots bien que modérément bien entendu !!

 

Je crois que nous avons eu le temps de faire un crochet dans nos appartements pour nous rafraîchir et nous changer avant de reprendre la route (+/- 25 km aller/retour en car) pour une croisière sur le Lac de Serre-Ponçon.

 

Avant de monter à bord, en signe de reconnaissance, Robert a distribué à tous des chapeaux de paille. 

Nombreux sont ceux qui ont dû courir après à cause d'un vent qui soufflait parfois fort, sans prévenir !  

Philippe, en chevalier-servant, a enjambé une clôture barbelée et a failli y laisser une c......   Il s'en est tiré avec quelques égratignures.

Il fallait bien l'ancrer sur la tête alors que "La Carline" qui nous prit à son bord levait l'ancre ...

 

La croisière dura plus d'une heure, un peu trop au goût de certains.

Les membres de l'équipage ne ménageaient pourtant pas leur peine pour nous "distraire", qui prenaient la parole chacun à leur tour. 

On se souvient tous de la longue tirade hyper-technique concernant le Pont de Savines, long de 924 mètres (par temps clair et vent debout !) en béton précontraint et de sa construction achevée en 1960 !

 

Il nous restait une étape à faire avec PONTIS et la "Maison du Génépi".

Nous y sommes arrivés en peloton et, après quelques explications fournies par le Maître des lieux, que certains ont surnommé "Geppetto", nous nous sommes agglutinés dans la petite boutique, pour tendre les petits godets qui nous avaient été remis et goûter à ... tout !

J'en ai vu qui, subitement, se sont retrouvés avec huit bras plutôt que 2, telle une pieuvre assoiffée ;-)

Faut dire que tout était bon !

Nous nous sommes limités à une bouteille de Génépi 50° qui nous a semblé le meilleur au goût !

Retour au VVF vers 18h00.

Petit rosé en guise d'apéritif en terrasse avec Daniel et Brigitte puis direction la salle de restaurant où les tables ont été redimensionnées en fonction des plans remis.

Oui, car il faut savoir que nos places étaient déterminées aussi bien dans le car qu'à table, histoire d'éviter des valses hésitations au moment d'embarquer ou de s'attabler : un système qui convient à tous dès lors que la distribution des places tient compte des accointances des uns avec les autres.

 

Ce soir-là, nos Diables rencontraient les italiens en 1/4 de finale de l'Euro et nous nous sommes retrouvés quelques dizaines à regarder le match diffusé sur un grand écran dans la salle du bar. L'animateur avait demandé à chacun d'indiquer son pronostic sur un tableau.

Entre ma Douce qui avait pronostiqué une victoire des italiens aux tirs au but après un score final de 1-1 et moi qui avait tablé sur une victoire des belges par un score de 2-1, ensemble nous avions ... raison : elle le vainqueur, moi le score !

Bon, reste que le véritable vainqueur du soir fut Antonio, un membre du club, qui avait la bonne réponse à lui tout seul avec un résultat de 2-1 pour les italiens !  Bravo à lui, à eux et Viva l'Italia et le club des Godasses !!

À l'heure où j'écris ces lignes (13/07) on sait qu'ils sont devenus champions d'Europe en ayant eu raison des anglais qui ont voté, rappelons-le, pour le Brexit !!

La Chapelle au milieu de la Baie Saint Michel
La Chapelle au milieu de la Baie Saint Michel

Commentaires: 1
  • #1

    Giusi (vendredi, 16 juillet 2021 15:27)

    En plus du génépi quelques paquets de bonbons ont aussi été embarqués!!


*** JOUR 3 ***

EMBRUN, Cathédrale Notre Dame du Réal
EMBRUN, Cathédrale Notre Dame du Réal

Les photos du jour 3 !!

Encore une journée chargée avec, au matin, la visite (guidée par Éric) d'EMBRUN surnommée "La Nice des Alpes".  Elle bénéficie du climat le plus sec et ensoleillé des Alpes. 

Tiens, lors de notre croisière sur le lac, parmi ceux qui ont pris la parole au micro, il y en a un qui a soutenu qu'il y avait du soleil 452 jours par an dans la région.  C'est moins que le nombre de mètres du Pont de Savines (en béton précontraint) mais bien plus que de coutume, bon an mal an, même au cours d'années bissextiles !!

Et donc, on s'est essentiellement concentrés sur la Cathédrale Notre Dame du Réal, datant du XIIème et XIIIème siècles, "d'inspiration lombarde et qui reflète la transition entre l'architecture romane et gothique".

Elle est singulière à plus d'un titre avec cette obscurité ambiante notamment et ces pierres alternant le blanc et le noir.  Le guide attitré a attiré notre attention sur toutes les particularités de l'édifice, rendant la visite très intéressante, même pour les athées !

On a continué la visite avec Éric qui nous a conté quelques anecdotes sur le passé de la ville.

 

On nous a ensuite accordé un peu de temps libre, ce dont nous avons profité pour parcourir quelques étals sur le marché du samedi.

 

Vers 11h15, nous avons regagné le car  et sommes revenus au village pour le repas de midi : steak "façon bouchère", frites et gratin de poireaux.

Hélas, les steaks étaient tous cuits pareillement : ceux qui les aimaient bleus ou saignants sont restés sur leur faim.  Je conçois qu'une cuisson différenciée par "tête de pipe" aurait créé des problèmes de logistique et n'accablerai dès lors pas les gens en cuisine !

 

Nouveau rendez-vous au car à 13h45 pour un départ vers le circuit "La forêt monastique de Boscodon".

Un parcours de 8,5 km et un dénivelé de 410 mètres, de quoi se sentir petit devant Mère Nature et de profiter de paysages grandioses devant lesquels on reste sans voix et sans mots ... 

Pour les "moins fringants" un parcours alternatif était bien entendu au programme qui ne manquait pas non plus de charme !

Dans le club, Robert se plie en 4 voire plus pour satisfaire tout le monde, ce n'est pas là la moindre de ses qualités humaines !

 

Retour au car et au village, douche, repas du soir, passage à la terrasse du bar : c'était ma tournée (pas générale !) ce soir-là.  Plutôt qu'une bière pression j'ai pris une "Edelweiss", une bière blanche à peine meilleure !

 

Un point à relever : à l'arrivée on a reçu une espèce de carte de crédit nominative et attachée au logement, sur laquelle étaient cumulées toutes les consommations (avec ticket intermédiaire) et règlement à la fin du séjour, un système bien pratique qui évite les manipulations d'argent, les discussions et les oublis ...

 

Retour en chambre et courte nuitée de repos : c'est qu'au programme de dimanche ce n'était pas juste la messe de 11h00 qui nous attendait !!


Commentaires: 1
  • #1

    Giusi (vendredi, 16 juillet 2021 15:42)

    Sur le marché je t'ai acheté une veste de pluie qui a bien été utile les jours qui suivirent ainsi qu'une casquette !
    La marche avec son dénivelé de + 400m nous a coupé le souffle....�


 

***JOUR 4 ***

 

D'abord les photos de ce dimanche 4 juillet !

 

Pas de messe donc mais plutôt le mess dans la grande salle pour prendre le petit-déjeuner. Il n'y manque rien ou presque ... Du fromage parfois, des œufs aussi, et pas question de repas à l'anglaise non plus, mais l'essentiel y est !

Départ au car à 8h30 pour le circuit "Les Balcons de Serre-Ponçon et aiguilles de Chabrières".

Toujours 2 groupes et 2 circuits avec la possibilité de prendre le télésiège, ce que nous n'avons pas fait.  Nous avons appris au retour que les remontées n'étaient pas encore ouvertes et ne le seraient qu'à partir du 10 juillet !

Avec Marc et Sophie Léna, qu'on voit sur la photo, nous avons entamé la montée au départ de la station de Réallon, une station de ski familiale faite essentiellement de pistes vertes.  On peut aussi y faire du VTT et des randonnées ...

La nôtre faisait 6,2 km avec un doux mais long dénivelé. 

Nous avons marqué plusieurs haltes pour profiter de l'air pur et des panoramas environnants. La flore y est par ailleurs abondante offrant de belles couleurs en avant-plan !  On ne peut s'empêcher de fredonner la chanson de Jean Ferrat dans sa tête ...

On pourrait débattre sur le sujet "La montagne c'est mieux en été ou en hiver ?" mais pour moi, perso, y a pas photo !  Évidemment si on est féru de planche qui glisse, y a pas débat non plus !!

 

Et donc, après cette vivifiante rando entre 1.450 et 1.750 mètres, nous sommes redescendus sur terre, direction le VVF et le repas de midi : pavé de saumon, haricots, pommes lyonnaises et rosé à gogo avec modération, léger et digeste !!

Pas le temps de prendre un petit digestif par contre car il faut être au car à moins le quart !

Là on repart direction Rousset et Apiland, un site dédié pour l'essentiel à l'apiculture, comme son nom l'indique.

On a là aussi fait deux groupes mais pour une question de répartition dans les diverses salles et de timing.

Nous avons d'abord visionné un film concernant Céléstin et son moulin à huile de noix dans une petite salle "sons et lumières".

Ensuite vint un autre film (on en voit 30 sec sur le site - voir lien ci-dessus) qui évoquait la fabrication des insectes géants que nous allions être amenés à voir juste après. 

On a suivi celle du frelon géant qui a nécessité, si j'ai bonne mémoire, autour de 1.000 heures de travail pour le sculpteur Jean-Pierre MAURICE : chaque pièce est unique, même au niveau des pattes par exemple où il n'y en a pas deux pareilles.  Un véritable travail d'orfèvre !

Plus tard, c'est au tour du Maître des lieux de nous faire un exposé sur l'apiculture, de l'évolution des ruches au mode de vie des abeilles jusqu'à l'extraction des cires, miels, gelées royales, etc : un exposé vivant, ludique, interactif et qui apporte toutes les réponses aux questions qu'on pourrait se poser sur ce monde bien mystérieux finalement !

 

Passage obligé (?) par la grande boutique ...

Nous nous sommes limités à 2 pots de 250gr de 'Miel de Forêt" et de "Miel de Sapin et fleurs des Bois", deux petits pots tout rikiki suivant Éric qui prend du miel à toute heure et à la cuillère et qui en a pris par kilos !

Retour au VVF, passage par l'appart', douche, changement de tenue, verre de bienvenue offert par le nouveau directeur du Village à 18H00.

Il a fait un bref discours, évoquant notamment l'accident survenu à son cuistot (une phalange en moins !) qu'il allait falloir remplacer au pied levé, suivi d'un autre discours tenu par un guide régional qui avait établi le programme de notre séjour avec Robert.

 

Le soir nous étions quelques uns à participer aux jeux proposés par l'animateur : deux équipes, les "Al" et les "Rouges" qui répondaient le plus vite possible aux questions posées (reconnaissance de visages mêlés, maximum de mots commençant par la lettre "P" dans une image projetée, etc.)

On a perdu mais avec les honneurs, l'important étant qu'on se soit bien amusés !


Commentaires: 1
  • #1

    Giusi (vendredi, 16 juillet 2021 21:00)

    Belle soirée où éclats de rire et bonne humeur étaient au Rdv...


Une journée complète hors les murs du village !

Elle a commencé par le circuit "Névache" avec, pour les "sauvages", la randonnée "La rue des masques" guidée une fois encore par Marc flanqué de sa Léna : un peu plus de 6 kilomètres et demi environ, avec un dénivelé + de 195m et un dénivelé - de 205m à en croire ma Polar m430.

Que dire qui n'a déjà été dit ?  Rien !  C'est beau, c'est grand, c'est parfois difficile, mais l'effort est récompensé à chaque pas !

Prenez la peine de lire la légende qui se trouve au bas du lien ci-dessus ... et sa moralité.

 

Nous avons repris le car direction Briançon et le restaurant "Les Écrins" dans sa périphérie. Nous étions à table avec Mimie et Claude ainsi qu'Éric, le second guide qui avait accompagné les "moins rapides" le matin.

Au menu, une fondue aux 4 fromages (Comté, Emmental, Beaufort et Tomme de Franche Comté) accompagnée d'une assiette de charcuterie et arrosée de vin, blanc, rosé ou rouge suivant les goûts et ... les couleurs !

Éric nous a raconté quelques anecdotes de voyages, concernant des touristes rencontrés et des lieux visités, mêlant humour et philosophie, sagesse et dérision, au point qu'on n'a pas vu le temps ni les plats passer ;-)

Il a évoqué la Corse où il a séjourné 9 fois et qu'il nous a chaudement recommandée pour un prochain voyage ...

On ne se souvient pas avec Ma Douce, si on a eu droit à un dessert mais on parierait sur une tranche de nougat glacé... ou de vacherin. Par contre on a bel et bien pris un petit café !

On a repris le car qui nous a déposé en ville, à Briançon.

Petit copié/collé du programme : "Briançon, la plus haute ville d'Europe (1.326 mètres), sous-préfecture des Hautes Alpes et ancienne ville militaire.  Située à la confluence de cinq vallées, elle fut choisie par Vauban pour fortifier la frontière des Alpes.  Ensuite de nombreux forts virent renforcer ce dispositif de protection face aux frontières proches."

Bon, voilà pour planter le décor.

On pouvait soit suivre notre guide (Éric) soit s'accorder directement du temps libre.  

La faute au fiacre à l'entrée de la ville et à la mienne, sollicité pour faire des photos, j'ai perdu Ma Giusi de vue.

Je suis retombé par hasard sur les quelques membres du club qui avaient choisi de suivre le guide et m'y suis raccroché, convaincu qu'on retrouverait les autres rapidement ...

Finalement toute la visite s'est faite sans qu'on se retrouve, hélas.

 

Un petit intermède historique s'impose ICI : il concernant Sébastien Le Prestre, Marquis de Vauban, connu généralement sous le nom de Vauban tout court.

Lors de ce séjour, nous avons eu plusieurs fois l'occasion de l'évoquer et de voir quelques réalisations militaires.  Il mérite amplement qu'on se penche sur sa vie et son œuvre, voilà qui est fait !!

 

Pour ce qui est du temps libre, on a arpenté la Grand Rue de haut en bas et vice-versa, puis on l'a terminé en compagnie de Maryse et Robert, Claudette et Jean-Marie, autour d'une bière des Alpes, sur la Place d'Armes !!

Il ne restait plus alors qu'à rentrer au Village.

La vue sur la Baie Saint Michel reste un must absolu et nous n'avons pas pu nous empêcher de la prendre en portrait une énième fois avec cette lumière dorée sur le Pic de Morgon.

Au repas du soir : tartiflette et poêlée de légumes.

Passage au bar pour siffler une ou deux Edelweiss.

Retour en chambre et repos de la guerrière et du guerrier : rrr zzz rrr zzz !

 

Quoi ?  Je ronfle ?? Mais non pas du tout !!! Et toi ???  Pas davantage !!!!


Commentaires: 1
  • #1

    Giusi (vendredi, 16 juillet 2021 21:08)

    Comme on s'est perdu de vue, j'étais de mon côté en compagnie de Chantale, Philippe, Danielle et Jacqueline. On est rentré dans une boutique et place a été faite aux essayages.
    Chacune a trouvé son bonheur. On a fini la balade à une terrasse pour y boire une bonne biéérrre...


*** JOUR 6 ***

 

L'album photos du jour, c'est ICI !!

 

Les jours passent et se ressemblent : marche le matin, visite l'après-midi  ou ... l'inverse.

Ce jour-là ce n'était justement pas pareil.

Si une rando était bien prévue, il n'y avait rien au programme de l'après-midi : "Libre, détente !!"

De quoi en inquiéter certains et c'est à eux que Robert a pensé  en offrant la possibilité de reprendre le car et de se faire déposer au plan d'eau d'Embrun.  Mais ne brûlons pas les étapes !!

La journée a commencé par le petit-déj bien entendu puis nous avons pris le car et fait +/- 20 km pour atteindre le lieu de départ du circuit "Les Gourniers", de la Chapelle de la Nativité à celle de Saint-Marcellin.

Un circuit qui nous faisait passer de +/- 1.450 à 1.733 mètres, une pente bien ardue avec, une fois encore, des panoramas splendides à perpète pour s'en prendre plein les mirettes. 

Éric nous a demandé d'un peu presser le pas car il craignait que le ciel nous tombe sur la tête à un moment ou l'autre.

Arrivés au "sommet", le temps s'étant maintenu, on a pris un peu de temps autour de la Chapelle. Il nous a parlé des chamois qui peuplaient les flancs de la montagne et qu'il était étonnant que leur nombre décroisse avec le temps.  Et là, comme pour le contredire, on a vu au loin deux petites taches rousses qui broutaient l'herbe verte.  J'ai eu des difficultés à les repérer. 

Sans ce foutu Covid, Éric aurait fait tourner ses jumelles ...

Certains, équipés d'appareils photos plus performant, ont pu zoomer au plus près et on vu la mère et l'enfant, un miracle ;-)

 

Après ça, il ne restait plus qu'à redescendre par le même chemin mais on sait pertinemment que la perspective change et que l'exercice est également différent, tout en retenue sur les mollets et les genoux.

En bas, on a fait un crochet vers "La marmite de géant" avant de rejoindre l'autre groupe et de réintégrer notre car qui nous a ramenés au village.

Rendez-vous à 13h45 pour un nouveau départ vers le plan d'eau où il était possible de nager, d'en faire le tour à pied (on nous avait annoncé un parcours de 5 km) ou de camper à la terrasse des bistrots.

Claude, Philippe et Riccardo sont partis pour une rando de 7.5 km que ce dernier avait repérée sur un des logiciels qu'il a téléchargés sur son smartphone.

Avec Giusi, on a préféré se limiter au tour du lac, finalement pas plus long que 2,5 km, en compagnie de Chantale, oui avec un "e" !

Au retour, après avoir refait un petit tour des quelques boutiques nous nous sommes installés pour boire un coup et attendre l'heure du départ fixée à 17h00.

Oui, 17h00, parce qu'à 18h00, l'apéro était offert par le club et par Martine dont s'était l'anniversaire

Lors du pot, Robert a annoncé les futurs voyages 2022 et, ni une, ni deux, avec Giusi on s'est pré-inscrits pour l'Alsace en mai et le Cap Ferret en septembre, c'est dire si ces formules nous plaisent !!

Plan d'eau d'EMBRUN
Plan d'eau d'EMBRUN

La soirée s'est terminée en terrasse à siroter l'une ou l'autre bière offerte par la galerie et puis on est rentrés.

On a sans doute bu une tisane (merci la cuisine équipée et la bouilloire) avant de rejoindre Morphée ...


Commentaires: 0

*** JOUR 7 ***

 

Les photos du 7 juillet

 

Pas de rando au programme de ce déjà 7ème jour du voyage mais il y avait tout de même de quoi nous occuper, jugez plutôt !!

Un détail : on a inversé le programme et commencé par la visite guidée de Mont-Dauphin, place forte édifiée par Vauban en 1693, au carrefour des vallées de l'Embrunais, du Briançonnais, du Queyras et situé à 1.050 m d'altitude sur le plateau des Millaures (mille vents en patois).

Voilà pour la "théorie".

En pratique, Marc nous a expliqué pas mal de choses sur le site et nous l'avons parcouru en nous arrêtant à l'arsenal, la poudrière, l'église ainsi qu'à l'entrée du village car, derrière les remparts dressés contre l'ennemi, le ste était organisé en village pour y permettre une vie normale, ce qui a fait dire à notre guide qu'outre son statut d'ingénieur, d'architecte militaire, d'urbaniste, d'ingénieur hydraulicien et d'essayiste,  Vauban était aussi un humaniste.

Nous avons eu quartier libre pendant un certain temps, temps que nous avons mis à profit pour visiter les quelques boutiques artisanales sur le haut du village, avant de nous asseoir pour boire un café bien chaud.  Il faut dire qu'il faisait gris et presque froid.

Nous avons ensuite repris le car en direction de Saint-Véran.

Il s'agit de la plus haute commune (ni village ni hameau) d'Europe encore habitée (2.040 mètres).

Pour y accéder, nous sommes passés par les gorges du Guil.

C'est là qu'on regrette d'être dans un car plutôt qu'à moto !

 

On voudrait s'arrêter à chaque virage pour prendre des photos tant c'est impressionnant et beau : c'est un belvédère permanent.

Par contre, avec le car, impossible de s'arrêter, presque impossible de s'y déplacer sans coups de klaxon et en forçant des marches arrières aux véhicules croisés.  Pas possible non plus d'en descendre pour photographier et/ou filmer.

 

Petite charentaise parenthèse ici pour signaler que lors de la première rando, Cédric notre chauffeur, nous a accompagné (à pied !) ce qui m'a donné l'occasion de bavarder avec lui.  J'ai appris qu'il était, lui aussi, motard et qu'il possédait une KAWASAKI Ninja 1000 SX.  Et bien, vous savez quoi ?  Cela s'est confirmé dans la manière avec laquelle il conduisait le car.

Je dirais même qu'il semblait prendre du plaisir en le pilotant sur les splendides routes que nous avons parcourues dans les montagnes.

Excellent chauffeur donc avec, peut-être, une propension à rouler un chouia trop vite mais on lui pardonnera les yeux fermés et en faisant ses prières ;-)

Saint-Véran
Saint-Véran

On a repris le car et, une petite heure plus tard, nous nous sommes arrêtés à Molines-en-Queyras devant le restaurant "Le Chamois".

On y est resté +/- 2 heures, de l'entrée au dessert et avons plutôt bien mangé avec une salade (jambon/fromage du pays) et du veau en sauce comme plat, accompagné d'un gratin dauphinois, plus un quartier de tarte (aux myrtilles je crois) en dessert, le tout "fait maison" et arrosé d'un vin du cru.

Un quart d'heure plus tard nous étions déposés au pied de Saint-Véran.

En plein cœur du Parc Naturel Régional du Queyras, classé parmi les plus beaux villages de France, il mérite assurément le détour.

Nous avons arpenté ses petites rues pendant plus d'une heure, émerveillés ET par l'habitat très typique ET par les panoramas offerts à ses habitants et à nos yeux.

Dommage que le temps était au gris mouillé ! 

Qui a dit qu'il faisait soleil 452 jours par an ??

 

Nous sommes repartis sur le VVF vers 17h00 en passant à nouveau par les Gorges de Guil, toujours aussi impressionnantes et marquées par les mêmes problèmes de croisements !!

 

Ce soir-là, après le souper, on n'a pas su rester dans la grande salle du bar dans la mesure où l'animateur avait rassemblé un tas de petits jeunes qui jouaient à des quiz et qui étaient très bruyants. 

Dans une toute petite salle annexe, un TV diffusait la 1/2 finale Danemark-Angleterre.

Avec Mimie et Claude, Chantale et Philippe, on a trouvé un coin relativement tranquille, dans "l'entresol", histoire de siroter nos bières dans le calme.

Nous avons gagné nos chambres après une seule tournée : c'est qu'on peut aussi être sages, nous les sauvages sexagénaires !!

Saint-Véran
Saint-Véran

Commentaires: 1
  • #1

    Giusi (dimanche, 18 juillet 2021 23:24)

    Une partie du groupe s'est arrêté chez un marchand de godasse de marche de marques réputées du genre Merrell, Lowa...etc et quelques paires furent adoptées et emportées


*** JOUR 8 ***

 

Les photos du 8 juillet !!

Barrage de Serre-Ponçon
Barrage de Serre-Ponçon

Au menu du matin, un tour du lac en autocar (80 km A/R).

Nous avons marqué un arrêt en amont puis en aval du barrage.

Habitué plutôt à voir des constructions en béton (précontraint ?) en arc de cercle, on est surpris de voir ce qui ressemble à un bête et énorme amas de cailloux !  Il n'en est évidemment rien et ce tas de pierres cache une construction "étudiée pour", comme disait Fernand RAYNAUD !

Petit saut dans le temps pour signaler que ce soir-là, un petit film  était diffusé sur grand écran, film que je n'ai pas eu l'occasion de voir.

 

Après quelques clics sur le net je l'ai retrouvé et le voici (il fait 22 min12 sec) :

 

Plus loin, arrêt photos au Belvédère de Sautet et ensuite à Pontis  pour voir quelques "demoiselles coiffées" ou "cheminées des fées" suivant l'inspiration, quoi qu'il en soit une curiosité géologique dont vous saurez tout si vous cliquez sur leurs tignasses ci-dessus !

Demoiselles coiffées
Demoiselles coiffées

Plus loin encore, nouvel arrêt à Savines-le-Lac et son église contemporaine, dédiée à Saint-Florent et consacrée le 15 juillet 1962 : œuvre de l'architecte Achille de Panaskhet, l'édifice de pierre, de béton et de dalles de verre, s'inscrit dans l'espace, au sommet de l'agglomération. Image d'un navire, croix à la proue, avec sa charge de symboles et de sens.

 

Nous nous sommes attardés sur ses émaux remarquables, puis nous avons fait quelques emplettes à la boutique du coin (rond !) pour retourner ensuite au village et prendre le repas de midi !

Nouveau départ au car à 13h45 pour "le tour du Dévoluy".

Premier arrêt au barrage du Sautet.

Voilà une construction plus "classique" comme je l'évoquais tout à l'heure.

La curiosité ici, c'est la création d'une "Via Ferrata" : pour ceux que cela intéresse, voici UN LIEN vers un petit film mis en ligne par un sympathique gars qui l'a faite  : visionnez-le, ça vaut son pesant de mousquetons !

La prochaine fois qu'on ira je la ferrata ... ou pas d'ailleurs !!

Impressionnant.

 

On est passé outre les "Sources des Gillardes", le site étant plutôt difficile d'accès et le temps n'étant par ailleurs pas propice à la visite.

On a ainsi beaucoup roulé jusqu'à décider de s'accorder une heure de temps libre pour faire le tour du vieux Gap.

 

Marc nous a briefés sur ce qu'il y avait à voir dans un périmètre restreint.

On a perdu du temps à la recherche de toilettes publiques que nous avons trouvées par nous-mêmes après avoir questionné 3 ou 4 autochtones !!!(!)

 

On a fini au pas de course (ou presque) pour rallier le point de rassemblement avant de rejoindre les arrêts de bus où Cédric devait venir nous récupérer à 18h00.

GAP, rue Carnot
GAP, rue Carnot

Retour au village après une vingtaine de kilomètres.

Passage en appart', douchette rapide, tenue de ville et direction le restaurant !

Le soir, nos compagnons habituels se sont éclipsés pour déjà préparer une partie de leurs bagages, afin de les mettre au car pour le lendemain 17h15 comme proposé par Robert et Cédric, histoire de gagner du temps à l'embarquement samedi matin.

Avec Giusi, nous nous sommes retrouvés "seuls" au bar et avons été rejoints ensuite par Françoise, la femme à Patrice, frère à Robert, Président du Club, avec laquelle nous avons papoté jusque tard, 22h30 environ !

Détail : ma Douce  a pris un mojito (préparé avec soin par le directeur du village !) et moi un café allongé, tranquille !

À noter que nous avions pris de la lecture mais nous n'avons pas lu la moindre ligne, c'est dire si nous n'avons pas eu le temps de nous ennuyer !!

 

Si ma moitié a pris une heure pour préparer sa valise, perso je me suis affalé sur le lit et n'ai plus bougé !

Vue du balcon sur le Pic de Morgon
Vue du balcon sur le Pic de Morgon

Commentaires: 1
  • #1

    Giusi (dimanche, 18 juillet 2021 15:18)

    On a acheté quelques bouteilles de rosé «Demoiselles Coiffées», médaille argent, un vin du Ventoux bien apprécié par la « famiglia»!!�


*** JOUR 9 ***

 

Les photos !!

Il ne reste déjà plus qu'un jour et la clôture partielle des bagages nous le fait d'autant plus ressentir !

Il n'empêche que, ce matin-là encore, une randonnée était prévue.

L'approche du circuit "Prapic" initialement prévu nécessitait  50 km en car.  Estimée trop longue on s'est rabattu sur le "Parcours des fées" à Crévoux, avec une approche à peine plus courte en définitive !

Toujours les sauvages d'un côté et les sages de l'autre, les uns drivés par Marc et les autres par Éric.

 

Ce fut de nouveau un très beau parcours qui sollicitait bien les jambes tant le dénivelé était conséquent ... à notre niveau en tout cas !

 

Quelle surprise de voir de belles vaches rousses au détour d'un sentier : à se demander comment elles font à se retrouver là sans être héliportées ;-) 

C'est qu'elles sont bien plus agiles qu'elles n'y paraissent, les bougresses !

 

Marc a composé avec la carte IGN pour sélectionner des chemins qui ne nous éloignaient pas trop du point de chute.  On a vu la cabane des espagnols puis une partie du  parcours des fées, parsemé de quelques "œuvres" de bon ou mauvais goût, ce n'est pas moi qui l'ai dit, c'est le guide !

 

Nous sommes rentrés au village pour prendre le repas de midi.

 

Après quoi, Giusi a fini de boucler sa grande VALISE en quelques minutes, puis a enfilé son maillot de bain pour partir à la piscine et profiter d'un VRAI moment de détente, enfin !!

Moi, j'ai besogné : j'ai rassemblé mes petites affaires dans ma petite valise puis j'ai fait pareil qu'elle pour la rejoindre sur un transat au soleil, enfin !!!

 

Nous étions peu de membres à nous retrouver ainsi : Yves et Danielle, Jacqueline, Daniel, Chantale, Giusi et moi.  Malgré le peu de temps relatif passé ainsi à se dorer et à barboter un peu, je suis rentré que j'étais tout rouge sur la face avant ;-) mais heureusement sans conséquence sinon un peu de prurit.

 

Nous avons fermé nos deux valises et les avons amenées au car alors qu'il n'était pas encore de retour (parti à Gap ou Briançon je crois pour faire réparer une vitre électrique récalcitrante).

Chantal M. s'est chargée de surveiller les chargements en stand-by.

 

Retour dans nos appartements en attendant "l'happy hour" car, oui, à 18h00 un nouvel "apéro club" était prévu afin d'écouler les surplus du mardi !

On a pris nos chapeaux pour la photo de groupe et on a flingué tout ce qui restait en amuse-bouches et en boissons : faites-nous confiance car en la matière nous sommes passés experts ;-)

Nous sommes aussi passés par la case restaurant pour le dernier repas du soir au Village.

 

Plus tard, il y avait un karaoké auquel, finalement, nous étions nombreux à nous être inscrits. Maryse a tellement insisté que j'ai été presque forcé ;-) d'accepter un duo avec elle : on a chanté "La Montagne" de Jean Ferrat.

Plus tard, il y eut "Félicie aussi !" dans la cacophonie avec la bande à Antonio et d'autres encore, puis ce fut "Les corons" avec la même bande, mais avec cette fois une émotion qui s'est ressentie : il faut dire qu'il y a parmi nous quelques enfants de mineurs de fond ...

On a terminé avec Giusi sur un "Tombe la neige" qui a été salué par l'animateur !  On s'est aussi tapé une valse sur un vieil air de Patrick Bruel !! Une très agréable soirée, comme la cerise sur le gâteau ou le clou du spectacle , le point d'orgue du voyage, voyez ?

Allez, dernier dodo et on prend la route du retour, snif !!

On y est presque tous ...
On y est presque tous ...

Commentaires: 1
  • #1

    Giusi (dimanche, 18 juillet 2021 15:24)

    L'aprem en piscine fut bien agréable et la soirée KARAOKE très divertissante et arrosée d'un ou plutôt de plusieurs verres de GENEPI �


*** JOUR 10 ***

 

Les quelques photos du 10ème et dernier jour

 

Le petit-déjeuner a été avancé à 7h00.

On a constitué notre pique-nique avec les raviers et les sacs papiers mis à notre disposition : il y avait des chips, du taboulé, du jambon, des œufs, du pâté, du pain, de l'eau, des petits gâteaux, des mousses, enfin, tout ce qu'il faut quoi !!

On a empaqueté les derniers petits trucs et on était au car pour un départ à 8h00.

Pour ce qui est du voyage de retour, rien de particulier à signaler.

Comme pour l'aller, nous nous sommes arrêtés +/- toutes les deux heures, notamment pour l'aisance et pour le pique-nique de midi sur une aire d'autoroute.

 

Nous sommes arrivés à destination aux alentours de 20h15 et n'avons pas tardé à trouver nos bagages, les glisser dans la voiture qui nous attendait sur le parking depuis 10 jours, cet empressement pour pouvoir saluer notre fiston qui faisait la nuit ce soir là et qui allait quitter la maison à 21h00.  Nous n'avons pas pris le temps de saluer tout le monde et nous en excusons ici.


Nous aurons bien sûr l'occasion de nous revoir, probablement tous, lors d'une prochaine marche, organisée par le Club ou par la Fédération !!

Là, il ne manque plus personne, euh, quoique ...
Là, il ne manque plus personne, euh, quoique ...

Merci aux organisateurs et merci à tous pour ce splendide séjour dont nous revenons enchantés !

Vivement le prochain voyage tous ensemble !!


Commentaires: 3
  • #3

    Obelix (dimanche, 25 juillet 2021 11:30)

    Ce voyage près du lac de Serre-Ponçon nous l'avons fait en juin 2008 et portait le nom de "Mercantour" voir le résumé de François :
    http://jcoulombeau.free.fr/cr_2008_06_info.html#20080607

  • #2

    Alberto (samedi, 17 juillet 2021 16:18)

    Plus complet ? Je n'irais pas jusque là ...
    Plus facile à faire en tout cas, vu qu'ici "la route" ne compte pratiquement pas et ne nécessite pas de revoir l'itinéraire suivi.
    Pour le Jura par exemple, je rédige le C-R mais je dois reprendre les road-books et les "refaire" comme si j'y étais !
    Et oui, le lac de Serre-Ponçon, on l'a effleuré quelques fois en allant dans les Alpes mais jamais on ne l'a vu comme ça !!

  • #1

    Obelix (samedi, 17 juillet 2021 09:29)

    Encore plus complet que tes récits de voyages à moto ! Ce voyage a dû te rappeler des souvenirs d'un voyage moto.